Avis

24/11/2017

Avis 137 Comment intégrer la dimension de genre dans le système éducatif de la Fédération Wallonie-Bruxelles ?

L’égalité filles-garçons dans l’enseignement constitue un enjeu d’importance tant au niveau international et européen qu’au niveau belge francophone qui se trouve notamment exprimé dans les textes suivants :

  • la déclaration de Pékin, suite à la quatrième conférence des Nations Unies mondiale sur les femmes de 1995,  qui recommande un « enseignement non discriminatoire qui, en fin de compte, contribue à instaurer des relations plus égalitaires entre les femmes et les hommes »   ;
  • la Recommandation de 2007 du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe aux Etats membres relative à « l’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’éducation », qui demande notamment « de promouvoir et d’encourager des mesures visant spécifiquement à appliquer l’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes à tous les niveaux du système éducatif et dans la formation des enseignant(e)s, en vue de parvenir à une égalité de fait entre les femmes et les hommes et d’améliorer la qualité de l’éducation » ; 
  • les textes européens qui, à la suite du traité de Rome de 1957, font de  « l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes un principe fondamental de l’Union européenne ». Par ailleurs, certains programmes permettent de financer des projets qui concernent  l’éducation au genre et le gender mainstreaming ;
  • le « Décret relatif à l'intégration de la dimension de genre dans l'ensemble des politiques de la Communauté française » (décret « gender mainstreaming ») qui vise «la (ré)organisation, l’amélioration, l’évolution et l’évaluation des processus de prise de décision, aux fins d’incorporer la perspective de l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines et à tous les niveaux, par les acteurs généralement impliqués dans la mise en place des politiques » ;
  • le rapport du groupe de travail 2 « Sens, valeurs, objectifs et missions de l’école du XXIème siècle » du « Pacte pour un Enseignement d’Excellence » qui met en garde contre le rôle différentiateur de l’école dès lors que celle-ci ne tient pas compte des inégalités de genre et qui souligne la fonction socialisatrice de l’école afin de promouvoir l’égalité réelle entre les filles et les garçons y compris dans la société :  « si l’école doit veiller à ne pas reproduire les inégalités sociales et culturelles, elle doit également être attentive à ne pas servir de courroie de transmission aux inégalités de genre d’autant que ces inégalités se démultiplient lorsqu’elles se croisent. La fonction socialisatrice de l’école dépasse le cadre de la transmission de savoirs et du développement de compétences et intègre la construction des rapports sociaux de genre, ce qui implique de prendre en considération la socialisation des élèves actuellement différenciée selon le genre, afin de promouvoir l’égalité réelle à l’école et après l’école. »

Etant donné l’importance de l’enjeu, le Conseil de l’Education et de la Formation, près de 20 ans après l’Avis 65 « Qu’en est-il aujourd’hui de l’égalité des chances entre filles et garçons dans le système éducatif ? », formule trente-trois recommandations afin d’assurer l’émancipation tant des filles que des garçons, conformément à l’article 6 du Décret « Missions », ainsi que des étudiantes et des étudiants dans l’enseignement supérieur et de promotion sociale, conformément aux missions de ces types d’enseignement. Ces recommandations concernent les politiques éducatives, les curriculums prescrits, les différents niveaux de pilotage ainsi que les pratiques enseignantes.

 

Haut de page

 

16/06/2017

Avis 136 : Perspectives méthodologiques pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur

Le CEF a été sollicité le 27 avril 2017 par l’AEQES pour remettre un Avis pour le 19 juin 2017 au plus tard sur les « perspectives méthodologiques pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur ». Regrettant le court délai imparti, le Président a décidé de réunir un groupe de travail le 31 mai 2017 pour préparer une réponse du Conseil. Vu le caractère technique de la consultation, le Conseil ne s’estime pas compétent pour répondre en détail aux questions posées, mais formule des recommandations d’ordre général. Vu les compétences transversales du Conseil, cet Avis aborde la question d’un point de vue « éducation-formation » en s’autorisant à sortir du cadre strict de l’enseignement supérieur.

 

Haut de page

 

23/12/2016

Avis 135 : Un CEF, quel CEF ?

Le CEF a mené ces dernières années des réflexions sur son positionnement vu l’évolution du paysage du champ de l’Education et de la Formation, réflexions formalisées depuis mars 2014 par des Avis, une étude externe et une note de travail. 

Il a organisé en mars 2016 une réunion plénière de réflexion « Un CEF, quel CEF ? » dont les débats avaient débouché sur une motion. Le Conseil a alors décidé de poursuivre et d’élargir le débat à l’occasion de sa séance de rentrée de septembre 2016.

Celle-ci s'est tenue le vendredi 23 septembre à la salle Wallonie-Bruxelles sur le thème « Des politiques croisées pour investir dans l’Education et la Formation ? », réunion à laquelle ont participé les Conseils Economiques et Sociaux, des Parlementaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ainsi que des représentants des Ministres en charge de l’Enseignement et de la Formation.

Suite à cette séance de rentrée, le Conseil a décidé d’instruire un dossier concernant la thématique. Le but de ce dossier est d’analyser les propositions de la motion ainsi que les réactions à cette dernière lors de la séance de rentrée à l’aide d’une grille d’analyse des Conseils de l’Education en Europe. Cette analyse a permis de dégager des pistes concernant la mise en œuvre du scénario de la motion.

L’Avis recommande, entre autres, de donner un statut décrétal au CCEF (Comité de Concertation Enseignement-Formation) afin de fixer son rôle, de lui éviter d’être en dormance ou d’être supprimé et d’ancrer de manière systématique et opérationnelle le rôle prospectif et transversal actuel du CEF dans la chaine de production de l’action publique en le rattachant au CCEF en tant qu’instance de coordination du pilotage de l’enseignement et de la formation dans le cadre des politiques croisées.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_135(.pdf)

Télécharger le dossier d'instruction : CEF_Avis_135_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

Avis 134 : Pour s'orienter du secondaire vers le supérieur

Ce dossier a été instruit à la demande de Monsieur Jean-Claude MARCOURT, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Médias.

Le paradigme retenu pour analyser, en termes d’orientation, le champ de la charnière que constitue le passage du secondaire vers le supérieur est celui de l’orientation tout au long de la vie. Ce paradigme amène à conceptualiser l’orientation comme un processus dans lequel un acteur éduqué au choix va s’engager sur un parcours décloisonné et non limité dans le temps, autorisant des bifurcations, voire des retours en arrière. Dans ce sens, la charnière secondaire-supérieur est à considérer comme un segment d’un parcours individuel, à un moment donné, qui suppose que l’on ne se limite pas à améliorer les actions d’accompagnement des élèves au moment de passer du secondaire vers le supérieur mais que l’on prenne également en compte l’amélioration de l’éducation au choix en amont et en aval de cette charnière.

Le dossier a débouché sur l’Avis 134 qui recommande de clarifier, dans tous les prescrits du champ de l’éducation et de la formation, le concept d’orientation de manière univoque en précisant le rôle de chacun des acteurs. Il insiste sur l’indispensable formation des différents acteurs formels intervenant dans le processus d’orientation. Sur un plan stratégique, il propose la création de pôles de synergies rassemblant tous les acteurs autour des Cités des métiers et des bassins, en lien avec les besoins d’un territoire.

Télécharger le Dossier d'instruction : CEF_Avis_134_DI(.pdf)

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_134(.pdf)

 

Haut de page

 

26/02/2016

Avis 133 : Le multilinguisme, un enjeu tout au long de la vie - Une première approche au départ des organismes publics de l'emploi et de la formation en Wallonie et à Bruxelles

Ce dossier d’instruction trouve sa source dans les déclarations politiques 2014-2019 des différents gouvernements qui placent le multilinguisme au cœur de leurs préoccupations, avec la volonté d’en faire un véritable atout économique. Ce travail rassemble des données et des informations relatives aux mécanismes de l’apprentissage des langues dans la formation professionnelle. Les constats sont issus du croisement d’investigations de terrain, de témoignages de bénéficiaires, d’analyse d’ évaluations existantes, d’interviews et de rapports d’experts, d’études et recommandations européennes, ainsi que de données concernant l’enseignement qualifiant en FWB. 

Ce travail d’instruction a été suivi de l’Avis 133 qui recommande d’établir un cadastre de l’offre de formation et de renforcer le dialogue entre le monde de l’enseignement, de la formation et de l’emploi, dans lequel les Bassins EFE ont un rôle à jouer. Il insiste sur la nécessité de mise en visibilité et en cohérence des compétences linguistiques formelles et informelles dans la perspective d’un apprentissage tout au long de la vie. Cette réflexion doit s’inscrire dans une stratégie globale des langues. Enfin, il invite les établissements à initier une démarche qualité au niveau des langues afin de faire émerger le potentiel linguistique de l’ensemble des acteurs.

Télécharger le Dossier d'instruction : CEF_Avis_133_DI(.pdf)

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_133(.pdf)

 

Haut de page

 

26/02/2016

Avis 132 : l'enseignement et l'apprentissage des mathématiques

La question de la réussite pour tous les élèves en mathématiques se pose tant au niveau européen qu’en Belgique francophone. L’enquête Pisa 2012 portait essentiellement sur la culture mathématique des élèves de 15 ans : les résultats laissent penser que les élèves francophones affichent un score comparable à la moyenne de l’OCDE ; par contre, les inégalités scolaires semblent plus importantes en FWB que dans les autres pays de l’OCDE.  Que faire, par conséquent, pour que, en FWB, tous les élèves puissent réussir en mathématiques à un certaine niveau ?

Pour tenter de répondre à cette question, le CEF a mené une analyse des facteurs et des mécanismes susceptibles de déterminer les résultats et les écarts entre les résultats, au niveau du système éducatif (et donc de la manière dont il gère l’hétérogénéité des élèves) mais aussi au niveau du curriculum et des pratiques enseignantes. Cette approche a permis de dégager, pour la FWB, un modèle d’intelligibilité qui a ensuite été comparé à celui de deux autres systèmes éducatif : le système polonais, dont les résultats à PISA 2012 laissent penser qu’il est devenu plus efficace et plus égalitaire suite aux réformes menées au cours des quinze dernières années, ainsi que le système flamand, proche de la FWB mais dont les résultats à PISA 2012 montrent l’efficacité en dépit de son caractère inégalitaire.

L’instruction fait apparaître qu’en FWB, les facteurs et mécanismes structurels à l’œuvre dans la gestion de l’hétérogénéité par la séparation et la relégation des élèves pèsent lourd sur la réussite et les inégalités scolaires. Cependant, ces mécanismes n’expliquent pas tout et il reste une « boîte noire » où sont à l’œuvre d’autres déterminants susceptibles de servir de « leviers » en faveur de la réussite pour tous : le curriculum, les pratiques enseignantes, les ressources matérielles et humaines, etc.

Sur base des constats que l’instruction a permis d’établir, le CEF a formulé les recommandations suivantes :

Limiter le recours au redoublement et à la relégation par filiarisation afin d’éviter le regroupement d’élèves faibles en mathématique dans les mêmes écoles et classes ;

Clarifier le curriculum prescrit en mathématiques pour que les enseignants qui vont créer le « curriculum réel » puissent s’appuyer sur un même référent exprimé en Unités d’Acquis de l’Apprentissage (UAA) et que les élèves soient tous soumis aux mêmes objets d’enseignement-apprentissage ;

Agir sur les pratiques d’enseignement-apprentissage des mathématiques pour qu’elles soient de nature à permettre la gestion de l’hétérogénéité au sein même des classes :

• Lever les différents obstacles à l’apprentissage ;

• Aider le plus tôt possible les élèves en difficulté ;

• Sur base d’une analyse des erreurs, identifier les élèves en difficulté et élaborer des stratégies d’enseignement-apprentissage adaptées ;

• Créer dans les écoles et dans les classes des environnements d’enseignement-apprentissage stimulants et donnant du sens aux mathématiques ;

• Créer dans les écoles et dans les classes un environnement motivant qui permettent à tous les élèves de s’impliquer dans des activités d’enseignement-apprentissage correspondant à des niveaux d’exigence élevés pour tous ;

• Lutter contre les stéréotypes de genre ;

• Former les professeurs de mathématiques pour qu’ils puissent s’appuyer notamment sur :

- une connaissance précise de l’épistémologie des mathématiques ;

- une connaissance solide de la didactique des mathématiques en lien avec les enseignements de la psychologie de l’apprentissage, pour aborder les apprentissages spécifiques à la discipline : la résolution de problèmes, le symbolisme, le formalisme, etc. ; 

- la faculté de rendre clair pour tous les élèves le rapport au savoir, et notamment pour ce qui concerne : les buts et les objectifs de ce qui est enseigné et appris ; l’organisation des tâches (consignes claires, temps imparti) ; les règles à respecter (en évitant les codes implicites) ; les enjeux et les modalités des évaluations. 

- la faculté de structurer ce qui doit être appris et de remobiliser de manière incessante les compétences et les savoirs de base ; 

- une grande capacité de variation sur des modalités et, par conséquent, une grande capacité d’analyser les représentations des élèves et les erreurs pour choisir ces modalités (en donnant aux erreurs un autre statut que celui de « fautes ») : il importe de bien choisir la modalité d’enseignement-apprentissage en fonction des acquis attendus (la résolution d’un problème, la compréhension d’un concept, des attitudes, des valeurs, des automatismes, etc.);

- la faculté de pratiquer une « différenciation a priori » au bénéfice de tous les élèves en complémentarité, si nécessaire, avec des stratégies de remédiation et de soutien, en veillant à ne pas stigmatiser des élèves « déficitaires » ou marqués par des stéréotypes (en ce compris ceux liés au genre) ;

- la capacité de travailler avec bienveillance et exigence : mettre l’élève en confiance pour augmenter son « sentiment d’efficacité personnelle » sans déroger au niveau des études ! 

Soutenir les nouveaux enseignants de mathématiques par une politique favorisant l’insertion professionnelle des enseignants débutants dont l’objectif doit être, sous différentes formes, de mettre en place un soutien personnel, social et professionnel qui réponde à leurs besoins ;

Instaurer une culture qualité qui permette à tous les acteurs de s’impliquer dans le processus de l’action éducative : les enseignants et les élèves comme « auteurs principaux du changement pédagogique », en articulation avec l’implication des parents et des associations partenaires de l’école ;

Inscrire les nouvelles mesures en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement des mathématiques - son efficacité et son équité – dans un rapport de cohérence avec les réformes pédagogiques antérieures.

 

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_132(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_132_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

27/11/2015

Avis 131 : Profil générique de l'enseignant

Ce dossier d'instruction a été réalisé à la demande de Monsieur le Ministre Marcourt.

Le profil générique de l’enseignant est un référentiel de type « métier » qui définit les compétences professionnelles communes à tous les enseignants quels que soient le niveau, la filière ou le type d’enseignement. En vue de son élaboration, le Conseil a décidé d’un groupe de travail paritaire, constitué de représentants des Pouvoirs Organisateurs (employeurs) et des Syndicats d’enseignants (employés). 

S’inscrivant dans l’évolution du contexte institutionnel et socio-économique, il se décline selon les axes pédagogique, social (relationnel, culturel et citoyen), institutionnel, professionnel et personnel, en adéquation avec les textes décrétaux en vigueur.

Ce dossier d’instruction a été suivi par l’Avis 131 qui recommande que les différentes formations d’enseignants (initiales et continues) se réfèrent à ce profil. Il invite également à adapter les référentiels existants en y intégrant les compétences génériques. Enfin, il insiste sur l’importance d’une approche systémique et d’un cadre de référence précis.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_131(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_131_DI(.pdf)

26/06/2015

Avis 130 : Vers un espace francophone des compétences et des certifications

Tant dans l’enseignement supérieur (processus de Bologne) que dans l’enseignement et la formation professionnels (processus de Copenhague), une politique européenne en matière d’Education et de Formation s’est développée avec la mise en place de différents d’« instruments » (cadre de certifications, crédits, processus qualité, etc.). Ces instruments, après débats politiques parfois rudes, ont été traduits au niveau de la Belgique francophone par diverses initiatives. 

La question de la cohérence des instruments et des objectifs poursuivis par ceux-ci se pose tant au niveau européen que Belgique francophone.

Le présent Dossier d’Instruction fait le point sur le développement de ces instruments. Il reprend les éléments informatifs suivants :

  • rappel du cadre européen incluant un historique et une approche des évolutions en cours ;
  • rappel des Avis antérieurs du CEF concernant les missions de l’apprentissage tout au long de la vie ;
  • description et analyse des initiatives prises en Belgique francophone dans le domaine.

Ce dossier d’instruction a été suivi par l’Avis 130 qui tire des constats basés sur le présent dossier et énonce des recommandations visant une approche cohérente et axée sur les besoins du citoyen de la mise en œuvre des outils européens de mobilité et de transparence des certifications.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_130(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_130_DI(.pdf)

Télécharger l'annexe 1 : CEF_Avis_130_DI_Annexe1(.pdf)

 

Haut de page

 

26/06/2015

Avis 129 : Sens, valeurs, objectifs de l'enseignement et missions de l'école, des équilibres à développer

Dans le cadre de la phase 1b du Pacte pour un Enseignement d’Excellence initié par Madame la Ministre Joëlle Milquet, le groupe de travail 2 est chargé d’apporter une réflexion sur une définition du sens, des valeurs, des objectifs de l’enseignement et des missions de l’école du 21e siècle.

Cette réflexion est justifiée par l’affirmation que la société change. Cette perception du changement impliquant de réfléchir à son implication sur l’Ecole se retrouve dans certains Avis du CEF, dont principalement l’Avis 115 Innovation, créativité et emploi… une interpellation à l’enseignement et à la formation, de juin 2012. On retrouve ce thème dans l’actualité récente, dont le colloque du Girsef L’Ecole bientôt hors-jeu ? Le colloque du CEF de janvier 2015 Prolonger le tronc commun, quels enjeux pour l’avenir des jeunes ? pose également la nécessité non seulement de réformer les structures mais surtout de changer radicalement les pratiques.

 

Le CEF, depuis sa création et jusqu’à maintenant, a produit de nombreux Avis traitant de la thématique. Il souhaite apporter sa contribution au débat en cours en synthétisant les principales recommandations de ces Avis et en les mettant en perspective au vu des évolutions du contexte et de la société.

Ce travail de synthèse et de mise en perspective a servi de point de départ à l'Avis. 

 

Haut de page

 

27/03/2015

Avis 128 : L'épreuve externe certificative en fin de secondaire - Première approche

La Déclaration de Politique Communautaire 2014-2019 « Fédérer pour réussir » annonce « le développement d’outils d’évaluation comme l’instauration d’un baccalauréat à la fin du secondaire »  et précise que « le Gouvernement […]  généralisera progressivement, dans la foulée de la mise en œuvre des évaluations externes et de la révision des référentiels, une épreuve externe certificative en fin de secondaire comprenant un tronc commun avec des questions identiques pour tous les élèves en français, mathématiques, sciences et langues modernes, ainsi qu’un examen approfondi soit dans l’une des quatre matières précitées, soit dans une autre matière enseignée, afin que chaque élève soit préparé utilement avec des mêmes exigences de qualité à appréhender sa vie professionnelle ou son passage vers l’enseignement supérieur ».

Il paraît important que le Conseil de l’Education et de la Formation puisse émettre des avis ou des recommandations à propos de la mise en place d’un dispositif généralisé d’épreuves externes à la fin de l’enseignement secondaire supérieur, eu égard aux enjeux liés à cette initiative et à l’importance que le CEF a réservé à l’évaluation dans ses travaux antérieurs.

Ce dossier d’instruction constitue une première approche de la problématique par le CEF. Il a été suivi par l’Avis 128,  « L’épreuve certificative en fin de secondaire – Première approche »

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_128(. pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_128_DI(. pdf)

 

Haut de page

 

27/03/2015

Avis 127 : Du Contrat pour l'Ecole à un Pacte pour un Enseignement d'Excellence - Constats et recommandations du CEF

Le dossier d'instruction a été réalisé à la demande de Madame la Ministre Milquet.

Le dossier d'Instruction consiste en un état des lieux de 10 ans de mise en œuvre du Contrat pour l’Ecole obtenu en croisant des sources multiples et complémentaires : textes décrétaux et actions entreprises, données statistiques disponibles, rapports généraux d’Inspection, rapports de recherches menées, avis circonstanciés du CEF, entretiens avec différents services de la FWB et enquête auprès des membres du CEF signataires de la Déclaration commune.

Ce dossier d’instruction a conduit à l’Avis 127 « Du Contrat pour l’Ecole à un Pacte pour un Enseignement d’Excellence, constats et recommandations du CEF »

 

Haut de page

 

27/03/2015

Avis 126 : Scolarisation des élèves migrants : articuler l’école et les dispositifs d’apprentissage existant dans son environnement

L’Avis 119 soulignait que la situation des enfants confrontés à des différences linguistiques et culturelles entre le milieu familial et l’école est préoccupante. 

Ce Dossier d’Instruction vise, d’une part, à essayer d’objectiver la situation scolaire de ces élèves et d’autre part, à investiguer sur les moyens de créer des interconnexions entre les différents acteurs de terrain et les secteurs publics qui s’articulent autour de l’école.

Le Dossier d’Instruction s’articule en deux grandes parties. La première partie analyse la littérature produite à ce sujet au niveau de la FWB concernant notamment la nationalité et la variable socio-économique et le flux d’élèves entre écoles et écoles en encadrement différencié

La seconde partie cherche à identifier des bonnes pratiques au niveau international afin d’éventuellement les adapter à notre système éducatif sans dénier les spécificités de notre système. 

Suit un relevé de « bonnes pratiques »  afin de rendre compte du concept d’école en interaction avec son environnement et de le définir. 

Ce Dossier d’Instruction a été suivi de l’Avis 126 « Scolarisation des élèves migrants : articuler l’école et les dispositifs d’apprentissage xistant dans son environnement ».

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_126(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_126_DI(.pdf) 

 

Haut de page

 

27/06/2014

Avis 125 : L'accompagnement individualisé. Une affaire de réseau ?

Le 10 septembre 2013, la Chambre de la Formation a choisi pour thème de sa séance de rentrée : L’accompagnement individualisé. Une affaire de réseau ?

Ce n’est pas un hasard si des pratiques d’accompagnement individualisé apparaissaient aujourd’hui. Elles se développent chez nous suite à une triple évolution.

La 1ère évolution est le glissement progressif de ce que l’on appelle l’Etat-providence vers l’Etat social actif. Ce glissement est une menace, mais aussi une opportunité pour les appareils politiques et publics en vue de la modernisation de leurs outils.

La 2ème évolution dans laquelle on s’inscrit est le vaste mouvement de fédéralisation et de décentralisation de l’Etat. Les compétences glissent vers les Régions. Dès lors, il s’agit de développer plus et mieux des politiques de qualité en la matière qui permettent à tous les acteurs de se reconnaître dans des pratiques comparables et évaluables.

Quant à la 3ème évolution, il ne faut pas la sous-estimer. Il s’agit de l’informatisation de la société, de l’évolution technologique. Des questions déontologiques se posent. La frontière est ténue entre le respect des libertés d’une part, la protection sociale et la responsabilité d’autre part.

Ce dossier est consacré à l’accompagnement individualisé en mettant le focus sur le processus du « Case Management », longuement évoqué lors de cette journée. Ses objectifs sont les suivants :

  • présenter un modèle général du Case Management pour les publics à charges multiples en en définissant les principes.
  • identifier de grandes questions que suscite ce modèle.
  • essayer de décrire les conditions qui doivent être réunies pour que le Case management soit appliqué efficacement.

Dans l’analyse de ce processus, on distingue deux champs d’application : celui de la formation et de l’emploi, celui de l’enseignement.

L’examen de ce dossier amène à mettre en lien l’accompagnement individualisé et l’orientation, cette dernière étant essentielle aux différents moments de transition dans les parcours.

Avis : CEF_Avis_125(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_125_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

23/05/2014

Avis 124 : Refondation des humanités professionnelles et techniques : 10 ans (et plus) après l'Avis 80

L’Avis 80 Refondation des humanités professionnelles et techniques du 13 décembre 2002 est un Avis important qui a permis de mettre en évidence des difficultés de l’enseignement qualifiant justifiant le besoin de le « refonder ». 

Les constats mettaient en évidence un phénomène d’orientation par relégation et non choix positif de la filière d’étude. 

Le CEF rappelait à cette occasion son Avis n°78 Orientation et information sur les études, les formations et les métiers dont les conclusions recommandaient de mettre en œuvre, dès le fondamental et dans l'ensemble du secondaire, une école orientante afin de permettre à tout jeune d'entrer par choix dans l'enseignement qualifiant et pas par relégation. 

Plus de 10 ans après cet Avis, le CEF juge utile d’aborder à nouveau la thématique.  

Des réformes et des initiatives ont, depuis, été entreprises, répondant à certaines recommandations de l’Avis 80, dont principalement la mise en place de la CPU et du SFMQ. 

Ces réformes concernent le 3ème degré du qualifiant.

A côté de ces réformes concernant la fin des humanités, le premier degré a, depuis l’Avis 80, évolué vers un renforcement du tronc commun. 

Depuis l’Avis 80, le second degré est un peu « le parent pauvre » des réformes entreprises. 

C’est pourquoi le CEF a jugé utile de centrer son analyse sur le second degré qualifiant en tenant compte de l’amont (premier degré) et de l’aval (troisième degré), dans la perspective de l’apprentissage tout au long de la vie.

Avis : CEF_Avis_124(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_124_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

23/05/2014

Avis 123 : Proposition en vue de dégager des pistes pour un pilotage en matière d'éducation et de formation tout au long de la vie

Cet Avis part des constats de l'Avis 122 et recommande de tirer des conclusions objectives du travail descriptif des instances  consultatives en matière d'enseignement, de formation et d'emploi réalisé conjointement par le CEF et la CCFEE en vue d'organiser un débat sur le paysage consultatif en matière d'enseignement et de formation, en lien avec l'emploi.

Avis : CEF_Avis_123(.pdf)

 

Haut de page

 

28/03/2014

Avis 122 : Synthèse et mise en perspective de recommandations du CEF suite à l'Année des compétences

2013, Année des compétences a connu un succès de participation, tant au niveau des acteurs de terrain que de l’implication du monde politique régional et communautaire.

Ceci traduit la nécessité perçue comme importante, au niveau du terrain, de collaborer entre différents opérateurs et secteurs et l’émergence du rôle de l’éducation et de la formation dans les politiques de développement régional.

L’importance accordée à l’éducation et à la formation répond, au niveau régional, aux stratégies européennes EU 2020 et ET 2020 : développer les compétences de la population en vue de soutenir le développement de la société.

Le CEF définit l’objectif de l’apprentissage tout au long de la vie de la manière suivante :

Dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie, une politique cohérente d’éducation et de formation sera déployée permettant ainsi au citoyen d’être l’acteur de sa vie professionnelle, culturelle et sociale dans un cadre organisé et défini collectivement.

Cette définition sert de fil conducteur au présent Avis :

  • rappel des missions de l’éducation et de la formation tout au long de la vie
  • définitions de concepts clés
  • réflexions et recommandations concernant les outils et structures
  • attention à apporter aux parcours du citoyen, abordée selon deux axes l’orientation et la lutte contre l’exclusion et le décrochage
  • conditions de mise en oeuvre : la formation des enseignants et formateurs et la gestion de la qualité.

Dans le rappel de ses recommandations, le CEF constate les progrès réalisés tout en soulignant certains champs qu’il faut continuer à investir :

  • l’orientation
  • la lutte contre le décrochage et l’exclusion (problèmes des abandons scolaires précoces et les politiques d’insertion professionnelle au regard des mesures d’activation et de la garantie jeune)
  • la mise en oeuvre de la recommandation1 EQARF.

Face au constat

  •  de l’évolution de la consultation en matière d’enseignement et de formation
  • de la territorialisation de ces politiques de l’évolution du CEF, aiguillon victime de ses succès et de la territorialisation des enjeux,

le CEF juge utile, pour conclure, d’essayer d’élaborer, dans la suite de cet Avis, une proposition pour un processus de pilotage en matière d’éducation et de formation tout au long de la vie.

Avis : CEF_Avis_122(.pdf)

 

Haut de page

 

28/02/2014

Avis 121 : Pour une éducation à la citoyenneté transversale aux apprentissages en Fédération Wallonie-Bruxelles

Le dossier d’instruction de l’Avis intitulé : Pour une éducation à la citoyenneté transversale aux apprentis-sages en Fédération Wallonie Bruxelles est le fruit du travail réalisé par le groupe présidé par Me Françoise Guillaume. Le groupe a travaillé dans le cadre des  dé-crets Missions et Citoyenneté et est arrivé à un consen-sus sur la définition de l’éducation à la citoyenneté qui est schématisée dans le dossier d’instruction. Chaque partenaire et membre du groupe de travail a validé ce schéma et l’a commenté. Afin d’illustrer les différentes pratiques, des intervenants extérieurs sont venus pré-senter des exemples, il s’agit du CRECCIDE, de l’ASBL Jeunes et citoyens, du MIEC, de l’école Decroly et de Bernard REY. 

Avis : CEF_Avis_121(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_121_DI(.pdf)

 

 

 

Haut de page

 

21/06/2013

Avis 120 : Le recrutement et l'insertion professionnelle des enseignants de cours techniques et de pratique professionnelle dans l'enseignement qualifiant

Le CEF a souhaité donner un prolongement à l’Avis 111 « Recrutement et entrée dans la carrière des enseignants débutants » en choisissant de traiter du recrutement des enseignants de  cours techniques et de pratique professionnelle dans l’enseignement qualifiant, sur base du constat que le recrutement de ces enseignants s’avère de plus en plus difficile. 

L’objectif est de rendre compte du problème de la pénurie d’enseignants dans l’ensei-gnement qualifiant, de recenser les causes de cette pénurie, d’établir une typologie des enseignants de cours techniques et de pratique professionnelle, de faire état de l’implication des secteurs, de faire rapport de la façon dont ceux qui ont en charge le recrutement des enseignants tentent de le résoudre, d’accompagner les enseignants débutants et enfin, de proposer des solutions pratiques qui devraient aider les déci-deurs politiques.  

es informations recueillies sont le fruit de multiples rencontres avec des personnes de terrain, pour la plupart, concernées directement par le sujet. 

Ce travail a servi de point de départ à l’Avis 120 : Le recrutement et l’insertion professionnelle des enseignants de cours techniques et de pratique professionnelle dans l’enseignement qualifiant.

Avis : CEF_Avis_120(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_120_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

22/02/2013

Avis 119 : Migration et Education

Suite à la conférence d'EUNEC d'octobre 2012 sur le sujet, le CEF prend un premier Avis sur le thème. Il reprend les "statements" d'EUNEC, fait un point rapide sur la situation en FWB et propose d'instruire un nouveau dossier pour répondre à la question suivante : scolarisation et migrants, comment articuler l’école et les dispositifs existants dans son environnement ? 

Avis : CEF_Avis_119(.pdf)

 

Haut de page

 

23/11/2012

Avis 118 : Bassins de vie emploi-enseignement-formation, quel rôle pour le CEF ?

Dans le cadre des futurs bassins de vie, le CEF prône une démarche consultative pour la définition, par les gouvernements et collège des entités fédérées concernées, des objectifs stratégiques transversaux à mettre en oeuvre dans les bassins.

  • Les partenaires sociaux au sein des Conseils économiques et sociaux donneront paritairement un Avis sur les priorités à développer en fonction des besoins économiques et sociaux de Wallonie et de la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que des thématiques sectorielles à développer.
  • L’Avis des acteurs impliqués dans le champ de l’éducation et de la formation au niveau de l’espace Wallonie-Bruxelles sera également sollicité. Cet Avis portera sur les thèmes transversaux à développer dans le cadre des politiques d’enseignement et de formation en lien avec l’emploi.

Le CEF propose d’assurer la mission d’Avis émanant des acteurs impliqués dans le champ de l’enseignement et de la formation dans l’espace Wallonie-Bruxelles.

  • Le CEF devra remettre annuellement un Avis concernant les thèmes transversaux à prendre en compte dans le cadre des politiques d’enseignements et de formation en lien avec l’emploi. Cet Avis sera accompagné de pistes pour l’opérationnalisation de ces politiques issues des Avis antérieurs du CEF.
  • Cet Avis sera transmis aux gouvernements et collège des entités fédérées concernées ainsi qu’au Conseil économique et social de Wallonie et au Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale.

Avis : CEF_Avis_118(.pdf)

 

Haut de page

 

22/06/2012

Avis 117 : Education, formation et "employabilité"

Le vocable « employabilité » est connoté idéologiquement. La tentation est forte, pour certains, de rejeter son usage. 

Mais force est de constater que le terme s’est installé dans le vocabulaire courant des textes européens et qu’il s’est propagé dans l’usage des documents nationaux traitant de politique de l’emploi, de gestion des ressources humaines mais aussi
d’éducation et de formation. Le CEF lui-même l’a utilisé dans nombre d’Avis antérieurs. 

L’employabilité est aujourd’hui l’objet d’un critère de référence européen concernant l’employabilité des jeunes diplômés des systèmes d’éducation et de formation. Les Etats membres seront donc amenés à rapporter en référence à ce critère.

C’est pourquoi le CEF juge utile de circonscrire ce concept qui s’est imposé dans les faits en en abordant les différentes acceptions et en les plaçant dans un contexte plus large. Cette approche critique vise à clarifier son usage en conformité avec les principes émanant des Avis du CEF.

 Avis : CEF_Avis_117(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_117_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

22/06/2012

Avis 116 : La fonction de direction dans l'enseignement fondamental

Depuis le début de son existence, le CEF est soucieux de la qualité de l’enseignement et donc des compétences professionnelles des acteurs qui y interviennent et de leur formation initiale et en cours de carrière.
Cette préoccupation rejoint celle de l’ensemble des intervenants  concernés par l’enseignement et les attentes sociales et économiques en matière d’éducation, comme d’ailleurs, de formation professionnelle. Dans le prolongement des travaux sur l’enseignement maternel qui ont abouti à l’Avis 103, le CEF a voulu  entamer une réflexion sur l’enseignement primaire dans une perspective d’équité, sachant bien que de la qualité de l’enseignement fondamental dépendait une grande partie de la capacité des jeunes à obtenir ensuite un diplôme et/ou une qualification professionnelle.
Il fut donc décidé au CEF de se pencher sur la fonction de direction dans le fondamental car s’il est vrai qu’au fil des années, la fonction de chef d’établissement se complexifie, comme dans beaucoup de professions, parallèlement leurs responsabilités s’accroissent de façon exponentielle.
Le chef d’établissement dispose d’une faible marge de manœuvre en ce qui concerne les coûts d’instruction et d’éducation  et  il est chargé, entre autres, dans le cadre de sa lettre de mission, d’obtenir les meilleurs résultats aux yeux d’une pléthore d’acteurs : l’administration du système éducatif, le P.O., les représentants des associations de parents d’élèves, les parents eux-mêmes, le personnel enseignant, les collaborateurs directs et les élèves. Il se doit d’être la figure de proue d’activités concrètes qu’il mène directement ou qu’il délègue.
Le chef d’établissement se doit de réagir vite et efficacement face à des situations généralement difficiles dont le poids ou l’issue n’apparaissent pas immédiatement mais qu’il lui faut au moins pressentir.
Le  récent décret fixant le statut du directeur d’école lui attribue  trois fonctions principales : administrative, pédagogique, relationnelle et met les  trois fonctions sur un pied d’égalité. Le chef d’établissement doit donc jongler constamment et trouver l’équilibre entre toutes les tâches qui lui incombent.
Malgré cette complexification, il semblerait  toutefois que la fonction de directeur d’école fondamentale n’ait pas encore reçu tout le soutien qui lui était nécessaire ainsi que la reconnaissance qui lui revient.

Nous nous interrogerons donc pour savoir si  une direction d’école peut concilier toutes les fonctions avec efficacité, performance et ce, dans la durée car nombre d’entre elles sont seules pour assumer l’ensemble des tâches d’une gestion d’école et nous tenterons de voir si une direction efficiente a un impact bénéfique sur la réussite des élèves qui lui sont confiés.
La formation obligatoire instaurée par le décret couvre-t-elle tous les besoins et attentes des candidats directeurs/directrices ?
La pénurie des candidats directeurs de ces dernières années ne serait-elle pas  un signal d’alarme ?


Avis : CEF_Avis_116(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_116_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

22/06/2012

Avis 115 : Innovation, créativité et emploi… une interpellation à l’enseignement et à la formation

Plusieurs dossiers récents du CEF ont abordé des questions relatives aux nouvelles compétences attendues pour répondre aux exigences de la société de la connaissance définie par l’Europe comme un objectif commun (stratégie de Lisbonne 2010 poursuivie dans la stratégie Europe 2020).

Parmi les compétences nécessaires à l’’honnête homme’  du 21e siècle, certaines sont moins présentes dans les activités d’apprentissage au cours des études et formations :  il s’agit notamment de la créativité, de l’innovation et de la capacité à s’insérer dans l’emploi et de l’esprit d’entreprendre, vecteurs importants d’insertion sociale et de développement personnel et professionnel.

Le dossier pose des questions et définit des pistes de réflexion pour que l’innovation, la créativité et l’éducation à l’esprit d’entreprendre soient prises en compte dans les évolutions futures de l’enseignement et dans les révisions des référentiels.

Il justifie et argumente cette prise en compte nécessaire à la fois d’un point de vue socio-économique mais aussi et d’abord pédagogique, puisqu’il s’agit du sens des études et de la motivation des élèves.
Il interpelle l’enseignement concernant l’introduction des TIC dans les pratiques d’enseignement et d’apprentissage.
Il relève enfin quelques pistes de pratiques innovantes à travers des exemples d’écoles qui se sont déjà engagées dans cette voie ou sont appelées à rentrer des projets dans ce sens.
 
Le dossier trace enfin des pistes qui sont traduites en recommandations dans  l’Avis rendu par le CEF.

Avis : CEF_Avis_115(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_115_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

22/06/2012

Avis 114 : De la volonté d'activation des chômeurs à la problématiques des publics contraints à la formation


Les mesures d’activation des DE ont-elles entraîné une massification du public à former ou vont-elles le faire?
Les  services publics de la formation professionnelle et leurs partenaires  ont développé des formations qualifiantes ou pré-qualifiantes de qualité pour un public volontaire. Pourront-ils faire face, dans les mêmes conditions, à un afflux potentiel de personnes à former, aux difficultés liées à la présence d’un public contraint à se former pour maintenir ses droits aux allocations sociales sans avoir nécessairement construit un projet professionnel ?
Ces questions débattues à la Chambre de la Formation demandaient à être étayées et documentées. C’était le premier objectif du dossier ouvert il y a quelques mois. Le focus souhaité était d’aborder prioritairement l’angle des publics contraints à la formation.
Depuis le 1e juillet 2004, sous la houlette du ministre Vandenbroucke, le plan d’accompagnement a fait place à un plan d'activation des chômeurs dont la mise en place a été progressive jusqu’en 2008. Les changements comprennent à la fois de nouvelles mesures légales, des réorganisations au sein de plusieurs organismes et de nouveaux contrats de gestion.
De plus, parmi les mesures décidées lors des dernières négociations gouvernementales au niveau fédéral, la décision a été prise de régionaliser l’activation, l’accompagnement et le suivi des DE tout en maintenant les règles de financement du chômage, le paiement des allocations et les sanctions au niveau fédéral, au sein de l’ONEM.
Parmi les mesures, nous nous focaliserons sur celles qui concernent la formation. L’enseignement et concerné mais la problématique du décrochage et des rôles de l’enseignement dans la formation des adultes demandeurs d’emploi  sera abordée plus tard.  
Le dossier trace enfin des pistes qui sont traduites en recommandations dans  l’Avis rendu par le CEF.

Avis : CEF_Avis_114(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_114_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

27/01/2012

Avis 113 : Compétences non techniques, compétences transversales, une question de contexte

L’activité économique et productive connaît depuis une vingtaine d’années des mutations techniques et organisationnelles significatives, entraînant à son tour des modifications du travail et des modes de gestion de la main d’œuvre.
Certes, toutes les entreprises, tous les secteurs ne sont pas touchés de la même manière par ces transformations. Toutefois, des tendances de fond sont à l’œuvre et elles se traduisent par l’irruption, depuis une dizaine d’années, de la logique de la compétence. Se substituant à la logique classique « emploi-qualification – fonctions / postes – barèmes », la logique « employabilité – compétences / missions / flexibilité organisationnelle et salariale » devient prédominante, dans un contexte de concurrence généralisée et de chômage structurel.

 
Cette évolution a désormais un impact sur les modes d’organisations de l’enseignement initial et sur la formation professionnelle des travailleurs. Dans ce contexte, la formation tout au long de la vie est proposée comme nouveau modèle de développement socio-économique.


Au delà du concept de compétence défini comme un « savoir agir en situation », ce qui fonde son caractère « professionnel » car lié à un contexte de travail, apparaissent une série d’autres vocables assimilés ou non à des compétences professionnelles : compétence clé, compétence de base, compétence transversale, compétence comportementale, compétence essentielle, compétence générique, compétence non technique, compétence minimale, pour n’en citer que quelques-uns puisés dans le capharnaüm et le  grand bazar idéologique de « la société de la connaissance ». L’instruction et la préparation d’un avis sur la prise en compte de ces compétences non techniques dans la formation a permis de dégager deux parcours de formation de ces compétences. Des compétences non techniques sont intégrées dans le profil métier et déclinées en acquis d’apprentissage dans le profil formation et dans les programmes.


D’autres compétences non techniques contribuent à l’employabilité, ce sont des attitudes et comportements psychosociaux et culturels.
Dans cette catégorie :

  • Une première partie peut être prise en compte par la formation avec évaluation et certification ; elle comprend des attitudes nécessaires à l’employabilité.
  • Une deuxième partie comprend des attitudes propres à la personne, à son comportement et son implication dans les règles de la société les plus communément admises. Dans la mesure où elles concourent à une amélioration de l’employabilité, elles pourraient voire même devraient être approchées par des actions éducatives dans la formation mais elles ne peuvent pas faire l’objet ni d’évaluation ni de certification.

Avis : CEF_Avis_113(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_113_DI(.pdf)

 

 

 

Haut de page

 

25/11/2011

Avis 112 : La Bildung, au coeur de l'éducation

Le CEF a adopté la définition suivante :

Le concept de Bildung englobe une somme individuelle de connaissance et d'expérience en relation avec celles de la collectivité et incluant donc l'esprit critique, développées tout au long de la vie et constituant la culture d'un citoyen du 21e siècle. Ce concept renvoie donc à ceux d'éducation et d'humanisme. Il se distancie du concept initial de Von Humboldt.

L'Avis 112 a pour objet d'expliciter cette définition et la décision du CEF de choisir ce terme sans connotation dans notre système d'éducation et de formation.

Avis : CEF_Avis_112(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_112_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

30/09/2011

Avis 111 : Recrutement et entrée dans la carrière des enseignants débutants

A partir d’une documentation fouillée, organisée et synthétisée dans le Dossier d’instruction, la volonté est de proposer des options pratiques dont le choix soit argumenté pour permettre aux décideurs politiques de faire des choix qui prennent en compte l’ensemble des données et des axes de réflexion.


Sont abordés :

  • les données statistiques concernant la formation initiale et le recrutement des enseignants  ainsi que le problème de la pénurie
  • les éléments relatifs à l’entrée dans la carrière des enseignants débutants, leur environnement de travail et son impact sur leur insertion professionnelle
  • les formations organisées dans le cadre de la formation continuée
  • les objectifs attendus d’une politique d’insertion professionnelle
  • les critères de réussite de la mise en place de cette politique
  • l’accompagnement du début de carrière : tutorat, expériences en Communauté française et à l’étranger.

Le travail d'instruction a servi de point de départ à l’Avis 111 : Recrutement et entrée dans la carrière des enseignants débutants.

Avis : CEF_Avis_111(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_111_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

30/09/2011

Avis 110 : Les acquis d’apprentissage, du concept à la mise en œuvre : pour une approche transparente et cohérente des pratiques entre opérateurs d’enseignement et de formation professionnelle

La tour de Babel des acquis d'apprentissage...


Des travaux et Avis du CEF (Avis 100, Avis 107) ont eu pour objectifs la mise en pratique des acquis d’apprentissage comme élément central de la construction curriculaire.

Depuis lors, des démarches d’orientation des curricula vers les acquis d’apprentissage ont été poursuivies ou entamées dans les différents secteurs de la formation et de l’enseignement.

Cependant, on s’aperçoit que cela s’est fait sur base de concepts compris parfois différemment par les acteurs et de méthodes différentes. Ceci pourrait être préjudiciable à la mobilité, la transparence et la validation, outils indispensables à la politique d’apprentissage tout au long de la vie.

Afin d’approfondir la réflexion sur l’harmonisation des concepts, et plus largement du vocabulaire utilisé aux niveaux européen, des textes légaux en CFWB et des opérateurs ainsi que sur l’approche intégrative des acquis d’apprentissage, ce dossier propose de réaliser un état des lieux des définitions utilisées pour les termes liés aux acquis d’apprentissage.

Afin d’approcher la manière dont, en pratique, se construisent les acquis d’apprentissage, ce dossier tente aussi un relevé, des démarches de référentialisation et de construction des curricula ainsi que l’élaboration d’un schéma générique de ces démarches. Les liens entre ces démarches de référentialisation et la gestion de la qualité sont par ailleurs mis en évidence.

Ce travail a servi de point de départ à l’Avis 110 : Les acquis d’apprentissage, du concept à la mise en œuvre : pour une approche transparente et cohérente des pratiques entre opérateurs d’enseignement et de formation.

Avis : CEF_Avis_110(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_110_DI(.pdf) et son annexe : CEF_Avis_110_DI_Annexe(.pdf)

 

Haut de page

 

25/06/2010

Avis 109 : Définir une typologie des relations stagiaire-opérateur- entreprise

Le développement des stages en entreprise ressort dans les préoccupations des déclarations de politique tant communautaire que régionales. Cet appel à un recours accru aux stages risque de poser un déséquilibre entre l’offre et la demande croissante. Pour le CEF, ce problème ainsi que d’autres questions en relation avec les stages ne peut être abordé que si, au préalable, on clarifie la demande.
Le CEF propose, dans ce but, une typologie simple, souple et précise permettant de répartir les stages en quatre grandes catégories basées sur des critères d’ordre essentiellement pédagogique. Cette typologie doit permettre de clarifier la complexité de la demande vis-à-vis des employeurs et de servir de base à la définition des objectifs pédagogiques généraux des différents types de relation stagiaire – opérateur – entreprise.

Avis : CEF_Avis_109(.pdf)

Dossier d'instruction : Avis_109_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

25/06/2010

Avis 108 : Vers une politique cohérente de gestion de la qualité dans le cadre de l’enseignement qualifiant et de la formation professionnelle

Pour le CEF, la recommandation conjointe du Conseil et du Parlement européens concernant un cadre commun pour la qualité dans l’enseignement et la formation professionnels (EQARF) est une opportunité pour promouvoir l’amélioration de la qualité de l’enseignement et la formation professionnels et pour supporter une vision stratégique commune pour l’apprentissage tout au long de la vie dans l’espace Communauté française, Région wallonne et Cocof. Cette démarche concerne tant les opérateurs publics de formation professionnelle, que l’enseignement secondaire qualifiant, l’enseignement de promotion sociale et l’enseignement supérieur dans sa dimension professionnalisante.
Le Conseil de l’Education et de la Formation insiste sur les échéances prévues dans la recommandation européenne : mise en place de la stratégie nationale pour répondre à la recommandation dès 2011 et premier rapport sur sa mise en œuvre dès 2013. Ceci ne pourra se faire que si le Point de référence national pour la politique qualité dans l’Enseignement et la formation professionnels est effectivement mis en place et rendu opérationnel dans les plus brefs délais.
Une démarche conjointe des gouvernements de la Communauté française, de la Région wallonne et de la COCOF est indispensable dans cette optique. Elle doit être menée en cohérence avec la mise en place d’un Cadre francophone des Certifications et du développement des ECVET (European Credits for Vocational Education and Training).

Avis : CEF_Avis_108(.pdf)

Dossier d'instruction : CEF_Avis_108_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

25/06/2010

Avis 107 : Pour une mise en oeuvre cohérente des acquis d’apprentissage entre opérateurs de l’enseignement et de la formation

Le moment est opportun pour œuvrer vers une cohérence dans la conception des référentiels entre la formation professionnelle et l’enseignement à tout niveau. En effet, au moment où se met en place le Service francophone des métiers et qualifications, des référentiels basés sur les acquis d’apprentissage plutôt que sur les contenus de cours sont rédigés pour l’enseignement supérieur professionnalisant à l’initiative du Conseil général des Hautes Ecoles.
Le CEF insiste sur les conditions de réussite de la démarche : les initiatives de terrain pas toujours coordonnées qui se mettent en place de manière bénévole doivent être soutenues matériellement et cadrées en vue de contribuer à une stratégie globale pour l’enseignement et la formation professionnels dans l’espace de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Cocof.
Cette démarche doit être menée en cohérence avec la mise en place d’un Cadre francophone des Certifications, du développement des ECVET (European Credits for Vocational Education and Training) et du suivi de la Recommandation européenne concernant le Cadre commun de référence pour la qualité dans l’enseignement et la formation professionnels (EQARF).

Avis : CEF_Avis_107(.pdf)

 

Haut de page

 

25/06/2009

Avis 106 : Construire un cadre francophone des certifications

Le CEF recommande que le prochain gouvernement s’attelle rapidement à ce dossier pour aboutir à la mise en place d’un cadre francophone dans les délais impartis par la recommandation européenne.
Compte tenu des positions des acteurs en présence, le CEF propose la mise en place d’un cadre base sur les deux sous-systèmes (positionnant les certifications de l’enseignement d’une part et les certifications de la formation professionnelle d’autre part), articulant les expériences en cours et compatible avec le modèle adopté par la Communauté flamande.
Le CEF recommande une mise en œuvre progressive pilotée, accompagnée et soutenue par les pouvoirs publics. Un référencement transitoire rapide doit être confronte ultérieurement a l’adéquation du positionnement à la logique d’acquis d’apprentissage.
Le CEF insiste sur l’urgence de ce dossier dans la mesure où il s’agit d’éviter un positionnement non régulé des certifications des opérateurs d’enseignement et de formation, tant publics que privés, directement au cadre européen.

Avis : CEF_Avis_106(.pdf)

Dossier d'Instruction : CEF_Avis_106_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

26/06/2009

Avis 105 : La Formation des Instituteurs et des Régents

Depuis le début de son existence, le CEF est soucieux de la qualité de l’enseignement et donc des compétences professionnelles des enseignants et de leur formation initiale et en cours de carrière. Cette préoccupation rejoint celle de l’ensemble des acteurs concernés par l’enseignement et les attentes sociales et économiques en matière d’éducation comme d’ailleurs de formation professionnelle.


L’Europe, dans ses diverses instances,  a elle aussi mis l’accent sur l’importance de la qualité de la formation initiale et continue des enseignants. Une recommandation récente a été adoptée de commun accord entre les ministres européens, le Parlement et la Commission.


Cette recommandation européenne s’ajoute à celles qui concernent les compétences clés, les huit niveaux du cadre européen des certifications , la validation des acquis de l’éducation et de la formation tant formelle qu’informelle et non formelle, etc. Elle réinterroge les compétences nécessaires pour tous les enseignants et donc leur formation initiale et continue.


En Communauté française, diverses dispositions avaient été prises en 2005 et un nouveau décret a été adopté en 2008, pour mettre l’enseignement supérieur en phase avec le processus de Bologne. Mais les piètres résultats de nos élèves aux épreuves PISA, d’un côté, et les affirmations du rapport Mac Kinsey sur l’importance de la formation des enseignants au niveau international, de l’autre, amènent les autorités politiques comme les responsables et opérateurs d’éducation à remettre en question l’organisation de l’enseignement et, singulièrement, la formation des professeurs.


Interrogé par la ministre de l’enseignement supérieur, d’une part, et soucieux de participer au débat collectif, le CEF tient à rappeler et à actualiser ses recommandations aux pouvoirs publics.

En tête des recommandations, le CEF définit une priorité :
La maîtrise de la langue d’enseignement écrite et orale doit être un critère discriminatif pour l’obtention d’un diplôme d’enseignant quelles que soient la section et la discipline à enseigner.


Ensuite, le CEF formule des recommandations :

  • relativement aux 13 compétences requises des instituteurs et des régents
  • relativement au système de formation initiale et en cours de carrière des enseignants
  • relativement à la fonction d’enseignant
  • relativement aux formateurs d’enseignants : revoir les conditions de recrutement et de travail dans les Hautes écoles
  • relativement à l’élaboration d’une nouvelle politique de la formation des enseignants

 

 

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_105(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instructiion : CEF_Avis_105_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

26/06/2009

Avis 104 : Le décrochage scolaire; Contexte et définitions. Constats, pistes de prévention et de lutte contre le décrochage scolaire

Télécharger l'avis : CEF_Avis_104(.pdf)

 

Haut de page

 

29/05/2009

Avis 103: Regards croisés sur l’enseignement maternel- Au départ d’une réflexion sur l’apprentissage de la langue de l’enseignement à l’école maternelle, un enjeu d’équité et d’accrochage scolaire

Regards croisés sur l’enseignement maternel
Au départ d’une réflexion sur l’apprentissage de la langue de l’enseignement à l’école maternelle, un enjeu d’équité et d’accrochage scolaire

Signe peut-être d’un certain désintérêt pour le sujet  de l’enseignement préscolaire, durant des décennies, le fait que cette école n’a pas vraiment d’appellation consacrée : on parle indistinctement de jardin d’enfants, d’école maternelle, d’école préscolaire, d’école préprimaire, d’école gardienne, d’école préélémentaire, d’école enfantine…

Une des causes d’échec souvent relevée dans les études menées en Europe est, sans conteste, le manque de connaissance de la langue d’enseignement, qu’il s’agisse d’une méconnaissance du français parlé ou écrit ou d’un manque d’habileté de lecture et de compréhension.

Au fil de l’instruction, il est apparu que les problèmes pressentis au niveau de l’apprentissage du français trouvent leur origine dans une série d’autres facteurs que nous avons voulu approfondir. D’où le recours aux regards croisés :
• Les textes légaux et réglementaires
• Les recommandations européennes
• Des éléments statistiques surprenants
• Les principes et objectifs d’un apprentissage de qualité de la langue   de l’enseignement pour tous les enfants ; l’apprentissage des différents aspects du langage
• La formation initiale et continue des enseignants et des cadres
• Des interviews d’institutrices, de directrices, d’inspectrices dans un milieu professionnel quasi exclusivement féminin…
• Des exemples de pratiques efficaces
• Des paroles d’actrices du terrain à l’intention du ministre de l’enseignement obligatoire
• Le rapport européen réalisé par Eurydice.

Le CEF recommande :
• Que soit reconnue l’importance de l’enseignement maternel 
• Qu’on étudie le maintien dans l’enseignement maternel et la discrimination garçons-filles
• Que la maîtrise du français soit un élément clé de la formation initiale des    institutrices 
• Qu’une attention soit apportée à la formation en cours de carrière des institutrices
• Que l’inspection soit un facteur de progrès 
• Que la direction bénéficie d’une formation à son rôle dans le maternel 
• Que le rôle des CPMS soit rendu possible
• Que soit élargi le cadre statutaire des puéricultrices et qu’une formation adaptée leur soit dispensée. 
• Que des outils soient construits et diffusés. 

 

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_103(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_103_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

26/06/2008

Avis 102: Les capacités créatrices pour le 21ème Siècle - Quelle approche des Arts à l'école ?

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_102(.pdf)

 

Haut de page

 

30/05/2008

Avis 101: Une démarche d’orientation au 3ème degré dans le cadre des deux semaines octroyées par le Décret « Missions »

Le dossier a été instruit, au départ, pour répondre à un questionnement de la ministre de l’enseignement supérieur.
Outre la recherche documentaire, des rencontres ont eu lieu avec des directeurs de CPMS, avec des enseignants et chefs d’établissements proposés par les réseaux, avec deux inspecteurs.
Des enquêtes sous forme de questionnaires ont été faites auprès de toutes les Hautes Écoles et Universités, auprès de tous les CPMS, auprès de toutes les écoles secondaires et un très grand nombre de toutes ces institutions y ont répondu.
Ces enquêtes permettent de dégager des informations sur les actions d’orientation plus largement que ce qui concerne directement les 2 semaines.
Le CEF formule des recommandations à propos de :
· La nécessité de tout mettre en oeuvre pour assurer l’égalité d’accès à  l’information et à l’orientation
· L’utilisation des 10 jours octroyés par décret pour créer des moments privilégiés s’inscrivant dans un processus continu d’information et d’orientation
· Des temps incontournables pour la démarche d’orientation dans le 3ème degré
· L’existence, au sein des écoles, de personnes relais et si possible d’une équipe
· L’organisation d’une formation de base et une formation continue des responsables de l’information et de l’orientation
· La mise en place d’un réel travail de partenariat école-CPMS
· Dans une perspective d’éducation et de formation tout au long de la vie, une place plus importante faite dans le secondaire à des informations sur la formation des adultes
· Une approche métier permettant de manière générale, de motiver les élèves et d’inscrire leur choix dans la construction d’un projet professionnel
· Une structure d’appui aux orienteurs permettant le maillage de tous les acteurs de l’enseignement
· Des services (s’ils devaient être créés dans tout l’enseignement supérieur) prenant modèle sur les services déjà existants

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_101(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_101_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

22/02/2008

Avis 100: Acquis de l’Education et de la Formation ou Acquis d’apprentissage : un concept défini et une opportunité à saisir

Le CEF estime nécessaire de déployer au-delà des institutions une politique cohérente d’éducation et de formation tout au long de la vie qui permet à l’apprenant d’être l’acteur de sa vie professionnelle et sociale dans un cadre organisé et défini collectivement, ce qui suppose, entre autres, d’adopter comme élément central et fédérateur pour le développement des outils de transparence des certifications et de mobilité la notion d’Acquis de l’Education et de la Formation ou, en abrégé, d’Acquis d’apprentissage.

En conséquence, le CEF propose une définition du concept commune aux opérateurs d'enseignement et formation.

Il souligne que la mise en pratique des acquis d’apprentissage doit permettre d’atteindre effectivement les objectifs de la politique d’Education et de Formation tout au long de la vie. En cela, elle est une occasion à saisir pour donner un nouveau souffle à la recherche de qualité dans l’enseignement et la formation en CFWB.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_100(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_100_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

22/02/2008

Avis 99: Compétences non-techniques :La définition du CEF

Cet Avis est le résultat d’un travail d’instruction piloté par la Chambre de la Formation.
Il propose, suite à l'instruction du dossier, une définition du concept de compétences non-techniques.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_099(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_099_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

25/02/2008

Avis 98 : L’orientation dès l’école obligatoire et tout au long de la vie

L’instruction du dossier concernant l’orientation au sein du système d’enseignement a permis de brosser le paysage touffu de l’orientation où se croisent de multiples acteurs. Toutefois, aucune formation initiale universitaire ou autre n’existe pour les futurs orienteurs. Ceux-ci se forment dans leur propre organisation ou trouvent des modules de formation continue. Un acteur central, le Centre psycho-médico-social, est désigné par le législateur pour aider à l’orientation au fil de l’enseignement obligatoire; il partage cependant cette responsabilité avec le Conseil de clase dans le secondaire. Dans le supérieur, rien n’est organisé de manière globale et publique: le décret cite cette mission pour les universités mais rien n’y oblige les hautes écoles. Aucun moyen spécifique n’est alloué à cet effet. L’instruction observe que faire en sorte que l’élève, l’étudiant, soit au centre de son propre processus d’orientation suppose un système transparent, lisible et compréhensible pour chacun et donc un système cohérent d’orientation mais aussi d’information sur les métiers, les études et les formations, tout au long des études et même au moment d’une reprise d’études par un adulte. L’instruction conclut que l’absence d’un maillage, d’une mise en réseau des organismes existants et d’un espace structuré qui permette la rencontre entre les acteurs, un travail commun, une charte de qualité… sont dommageables au sein du système d’orientation en CFWB.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_098(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_098_DI(.pdf)

 

Haut de page

 

26/10/2007

Avis 97: L’orientation des adultes et des jeunesdans le cadre de l’insertion et de la formation professionnelles

L’Avis 97 formule les recommandations qui suivent.


L’usager doit être au centre de son processus d’orientation.


Cela suppose que l’on prenne en compte plusieurs considérations.

 

  • Il doit bénéficier de services d’information et d’orientation faisant l’objet d’une assurance de qualité (agrément, charte de qualité…), d’un libre accès y compris financier aux  services et  de la pleine propriété des informations qui le concernent et d’autonomie dans ses choix.
  • Il y a lieu d’articuler et calibrer davantage les interventions en faveur de l’usager, lequel a droit à une offre d’orientation cohérente et lisible pour lui, répondant à ses besoins.
  • Le système d’orientation s’adressant aux personnes en recherche d’emploi et/ou de formation professionnelle doit rechercher un équilibre entre les souhaits, aptitudes et compétences de la personne et les besoins du marché du travail et un équilibre entre l’autonomie de la personne dans son parcours d’orientation et le besoin de suivi.
  • Le système de sécurité sociale doit être revu pour garantir à l’usager une mobilité professionnelle et sociale « sécurisée », sans remettre en question la légitime recherche de la stabilité d’emploi.


La lisibilité des dispositifs existants doit être renforcée.

  • Face à un paysage extrêmement touffu des intervenants dans le processus d’orientation, un travail de clarification est indispensable.
  • Un lien doit être établi entre l’orientation hors enseignement et les services d’orientation offerts dans le cadre de l’enseignement.


Un travail de mise en réseau des acteurs professionnels doit être effectué.

 

  • Les réseaux sont des espaces de débats et de rencontres nécessaires pour que se créent des synergies et une confiance mutuelle.
  • Le CEF recommande la formule du réseau de réseaux locaux qui a le plus de chance de s’implanter sans créer de blocage tout en visant l’amélioration de la qualité de l’orientation.
  • Des conditions doivent être nécessairement remplies pour la mise en place de ce réseau.
  • Cela ne sera possible que moyennant une action politique volontaire.
  • Un accord de coopération entre les pouvoirs responsables et les différents acteurs de l’orientation (la Communauté française, la Région wallonne et la COCOF) doit permettre d’aboutir à plus de cohérence et à un meilleur service d’orientation pour les usagers.
  • La mise en place de ce réseau  demande, enfin, un pilotage consensuel.

 


Une structure d’appui aux professionnels de l’orientation rendra possible le travail en réseau et favorisera la recherche d’une démarche qualité.


Cette structure d’appui aura pour missions de :

  • favoriser une réflexion et une coopération en réseau,
  • développer une assurance  qualité,
  • développer la formation continue  pour les acteurs et les professionnels de l’orientation,

sachant que cette mission serait de l’ordre de la subsidiarité et viserait la recherche d’économies d’échelles.

 

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_097(.pdf)

Télécharger le Dossier d'Instruction : CEF_Avis_097-DI(.pdf)

 

Haut de page

 

24/11/2006

Avis 96: Les compétences clés et l’éducation et la formation des groupes de personnes fragilisées

Le séminaire d’EUNEC qui s’est tenu à Lisbonne en juin 2006 a produit des observations et des propositions à propos des compétences clés en relation avec l’éducation des populations fragilisées.
Le CEF, membre d’EUNEC, a examiné ces propositions et décidé de les adopter comme ses propres recommandations.
Elle sont, en effet, dans la droite ligne des travaux menés au CEF tant en ce qui concerne les compétences et savoirs de base, qu’en ce qui concerne les compétences transversales.
La proposition de recommandation du Parlement et du Conseil européens sur les compétences clés pour l’apprentissage tout au long de la vie est un pas important qui permet de lancer une réflexion cohérente au niveau européen et propre à chaque Etat.
Quelques remarques critiques et suggestions sont faites pour en favoriser une mise en oeuvre effective et pour en éviter des effets pervers.
Deux des principes fondamentaux devraient être que personne ne soit laissé pour compte et que chaque pays, chaque secteur, chaque localité puisse mettre en place des objectifs et des critères qui soient réalistes dans son propre contexte tout en visant les mêmes finalités.
Chacun doit acquérir les compétences clés dans sa formation initiale, dans l’école obligatoire.
A la société de s’en donner les moyens. Tous, et surtout les publics les plus fragiles, doivent avoir accès à la formation tout au long de la vie. C’est une question d’équité et d’efficacité.
Le cadre de référence, tel qu’il est défini, risque de privilégier les besoins du marché du travail et de la société à court terme, aux dépens de l’accomplissement personnel. Le CEF insiste pour que les responsables de l’éducation et de la formation à tous les niveaux veillent à une grande cohérence entre tous les outils et les politiques qu’ils développent et pour que le lien entre eux soit explicite.
Il est essentiel de tenir compte des 8 compétences clés définies par l’Europe et d’en faire la base d’une réflexion collective de façon à aboutir à une déclinaison qui tienne compte des besoins de tous les citoyens de la CFWB, tant au plan individuel que collectif, avec une attention particulière pour les publics les plus vulnérables.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_096(.pdf)

 

Haut de page

 

30/06/2006

Avis 95: Appropriation des savoirs fondamentaux

Dans cet Avis, le CEF affirme la nécessité de renforcer les savoirs fondamentaux.
Le développement de la lecture, l’écriture et le calcul est un sujet d’une importance primordiale, à la base non seulement de la réussite scolaire mais également de la réussite sociale. Néanmoins, il ne faudrait pas que cet indispensable recentrage signifie le repli.
Il faut non seulement apprendre à lire, écrire et calculer mais aussi éveiller les élèves à d’autres savoirs.
Le CEF recommande que les savoirs fondamentaux soient construits et mis en oeuvre au travers des autres disciplines scolaires et exercés continuellement à des niveaux d’expertise de plus en plus élevés.
Pour ce faire, tout enseignant, quelle que soit la discipline qu'il enseigne, doit se sentir impliqué.
Ainsi les apprenants seront outillés pour leur permettre de vivre en citoyens autonomes, responsables et capables de s’adapter à toutes les situations.
L’enseignement préscolaire, sans oublier qu’il n’est pas obligatoire, a pour mission d’aider chaque enfant à grandir, à conquérir son autonomie et à acquérir des capacités et des compétences qui lui permettront de construire les apprentissages fondamentaux.
Mais c’est l’école primaire et le premier degré de l’enseignement secondaire qui ont surtout pour mission de stimuler l’intelligence et l’éveil de la sensibilité sans oublier l’ouverture aux valeurs démocratiques et citoyennes.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_095(.pdf)

 

Haut de page

 

31/03/2006

Avis 94: Un cadre des qualifications pour la CFWB

Le CEF demande instamment aux gouvernements concernés de mettre en place, sans tarder, un groupe de travail transversal qui réunisse les acteurs de la Communauté française, de la Région wallonne et de la COCOF, les partenaires sociaux et les représentants de tous les réseaux et de tous les niveaux d’enseignement et de formation professionnelle, pour élaborer ensemble un cadre des qualifications CFWB.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_094(.pdf)

 

Haut de page

 

18/11/2005

Avis 93: Contributions du CEF à la consultation en Communauté française Wallonie-Bruxelles à propos du cadre européen des qualifications1 pour l'apprentissage tout au long de la vie

Avant de répondre aux questions de la consultation, qui supposent certains acquis préalables,le CEF estime qu’il est nécessaire de comprendre le cadre européen des qualifications (EQF) dans son contexte et d’identifier les enjeux d’un tel dispositif.
Cet Avis, avant de répondre aux questions de la consultation européenne, propose d’abord des interpellations, traduisant les enjeux tels que le CEF les perçoit? et des recommandations sur lesquelles se basent des éléments de réponse à l’enquête, étroitement liés avec les interpellations qui précèdent.
Le but est de nourrir le débat en Communauté française Wallonie-Bruxelles et de permettre à chaque partenaire d’exprimer son propre point de vue en connaissance de cause.
Les annexes, conçues comme un portfolio, proposent un ensemble de contributions utiles au débat.
Pour le CEF, 4 enjeux sont à relever :
1. L’EQF est un outil de traduction entre les systèmes qui doit permettre au  citoyen de situer ses qualifications sur une échelle commune.
2. Si des qualifications acquises dans des formations sectorielles doivent pouvoir être classées dans l’échelle EQF, cette intégration doit être garantie par les pouvoirs publics.
3. Une plus grande transparence des qualifications suppose qu’elles soient exprimées toutes en résultats d’apprentissage, sans confondre acquis personnels et professionnels, qu’un espace de confiance mutuel soit créé et que les diplômes restent conférés par la Communauté française.
4. Un calendrier concerté doit être mis en place tant en Europe qu’en CFWB.
   Le CEF recommande enfin de prévoir un débat qui dépasse le cadre de la consultation proprement dite et qui pose également la question de l’élaboration d’un cadre de qualifications en Communauté française Wallonie-Bruxelles, voire de préférence au niveau national.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_093(.pdf)

 

Haut de page

 

09/09/2005

Avis 92: Propositions relatives à l’organisation de la consultation en Communauté française Wallonie-Bruxelles à propos du cadre européen des qualifications pour l’apprentissage tout au long de la vie

Le CEF souhaite que dans le cadre de la consultation sur le document de travail de la Commission « Vers un cadre européen de qualifications pour l’apprentissage tout au long de la vie » une consultation globale, concernant tous les acteurs concernés, soit organisée en se centrant particulièrement sur les aspirations et besoins des citoyens et citoyennes dans leur apprentissage tout au long de la vie, en coordination avec tous les opérateurs d’enseignement et de formation concernés, dans le respect des spécificités de chacun de ceux-ci.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_092(.pdf)

 

Haut de page

 

17/06/2004

Avis 91: Validation des acquis non formels et informels dans l’enseignement non obligatoire - Pistes opérationnelles

Le présent Avis vient apporter des compléments et actualiser l’Avis n° 88, dont les recommandations sont confirmées dans leur ensemble.
Il s’inscrit au lendemain du Communiqué de Bergen et de ses échéances proches en induisant l’urgence.
Lors de l’adoption le 30 avril 2004 de l’Avis n°88 «Validation des acquis non formels et informels dans l’enseignement non obligatoire», il était prévu « d’élaborer un nouvel avis pour juin 2005» qui devait tenir compte « de l’évolution des pratiques au regard des décrets ‘Bologne’… ainsi que de l’évolution de la problématique au niveau européen. »
Dans cet esprit, le caractère évolutif de la problématique et des recherches sous-jacentes elles même évolutives induit la nécessité d’avis successifs dont les échéances du calendrier et les points remis à l’étude sont fixés, parfois en urgence, à sa lumière.
Le nouvel Avis s’inscrit pleinement dans la ligne de l’Avis n°88 dans toutes ses composantes et doit se comprendre en référence à ce dernier, même si la rédaction de ce nouvel Avis est appelée à répondre aux questions précises liées aux tendances actuelles du développement économique et social ainsi qu’à la pression de la politique européenne, les nouveaux développements viennent compléter les options de l’Avis précité et ne peuvent en être séparés.
Il se doit de répondre aux attentes de tous les acteurs potentiels du processus et qui sont présents dans les deux Chambres du CEF et donc proposer des dispositions où tous les acteurs concernés, dans le respect de leurs rôles respectifs et des interactions qui les lient, se retrouvent.
Ces attentes ont conduit à une approche systémique abordant également le contexte global et actuel dans lequel s’inscrit l’Avis d’un Conseil tel que le CEF. Le résultat de la validation des acquis doit être utilisable par tous sans automaticité, sans ingérence mutuelle et de façon non prescriptive, le mécanisme partant du projet de l’individu.
La réflexion du Conseil et du Groupe de Travail a conduit à la proposition d’un outil indépendant, étape du processus de validation des acquis, où siègeraient les institutions concernées et les partenaires sociaux selon leurs compétences, ce nouvel outil ne disposant d’aucune capacité d’ingérence (respect de la liberté d’enseignement et de la liberté académique).
Les différents enseignements non obligatoires sont invités à collaborer dans le but de la validation des acquis dans l’intérêt de la personne tout en conservant la garantie de leurs spécificités et de leurs missions propres.
Cet outil vient s’ajouter aux dispositions existantes dans le cadre des différents types d’enseignement supérieur susceptibles d’améliorations pour chaque type d’enseignement sans aucunement modifier les dispositions permettant à chacun, selon son cadre légal propre, l’exercice des pratiques de prise en compte des acquis existantes.
Les pistes proposées, alimentées par le recul critique des réflexions au sein des débats au CEF et reprises des Avis précédents, devraient permettre de manière effective la mise en place progressive d’un dispositif de validation des acquis dans l’enseignement non obligatoire, dans une perspective s’intégrant dans une politique globale de formation et d’emploi répondant aux objectifs de l’éducation et de la formation tout au long de la vie, comme définie dans l’Avis n°88, et dans l’évolution des politiques européennes en matière d’enseignement supérieur caractérisées de fait par un rapprochement des processus de Copenhague et de Bologne.
Les résultats du processus devraient être rendus visibles en s’intégrant au sein de l’Europass, sans confusion entre les « titres de compétences » proposés par le présent Avis, sans effet de droit, et les diplômes, avec effet de droit, dont la délivrance est de la compétence exclusive des institutions d’enseignement en Communauté française.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_091(.pdf)fileadmin/sites/cef/upload/cef_super_editor/cef_editor/Avis/CEF_Avis_091.pdf

fileadmin/sites/cef/upload/cef_super_editor/cef_editor/Avis_91DI.pdf

 

Haut de page

 

17/06/2005

Avis 90: Orientation, guidance, information…tout au long de la vie

Dans notre situation socio-économique difficile, dans notre paysage institutionnel complexe et dans un contexte européen qui place l’éducation et la formation tout au long de la vie comme une des clés du développement de l’Europe, le CEF met en évidence l’importance d’une information large, objective et précise sur l’ensemble des métiers et des voies qui y conduisent, ainsi que l’importance de services publics accessibles à tous ceux qui ont besoin de conseil, de guidance ou d’aide plus lourde à l’orientation.
Il recommande, dans cet objectif, le développement continu d’un travail extrêmement professionnel, une mise en réseau des acteurs concernés de l’enseignement et de la formation qui leur permette d’oeuvrer en cohérence - tout en gardant leurs spécificités et leurs méthodologies propres - pour favoriser un continuum de la carrière scolaire et professionnelle des personnes tout au long de la vie.
Dès la petite enfance, il importe d’inscrire une éducation au choix dans les pratiques scolaires. L’école orientante doit ainsi ouvrir de larges perspectives indifféremment aux filles et aux garçons, développer leurs centres d’intérêt et leur permettre de découvrir le vaste champ des métiers, pour pouvoir au fil du secondaire poser des choix judicieux et construire un projet d’études supérieures en lien avec un projet professionnel et social.
Tout au long de la vie, et chaque fois qu’il en éprouve le besoin, l’adulte doit pouvoir trouver de l’information structurée et complète sur les perspectives professionnelles et des conseils, voire une aide pour son orientation ou sa réorientation, au sein du service public, avec une garantie de lisibilité, de fiabilité et de qualité. Le CEF demande qu’on remédie à l’absence d’information publique objective concernant l’enseignement supérieur.
L’Avis 78 «Orientation et information sur les études, les formations et les métiers » s’est attaché à des analyses globales et a fait des recommandations larges à l’intention des acteurs politiques, de l’enseignement et de la formation.
Ses recommandations et ses analyses gardent toute leur pertinence. Ce nouvel Avis " Orientation, guidance, information… tout au long de la vie " s’attache à proposer une mise en oeuvre et des balises pour inscrire l’orientation et l’information au coeur des processus d’enseignement, d’apprentissage et de développement professionnel.
Le CEF propose donc un maillage des structures existantes en Communauté Française, en Wallonie et à Bruxelles (COCOF), un cadastre des organismes et des prestations, la création d’outils nécessaires à un travail commun des professionnels, à leur formation continue et la réalisation d’un portail commun d’information et de premier conseil accessible à tous les usagers, tout en gardant des services de proximité.
Pour mettre tout cela en oeuvre, le CEF propose qu'on réfléchisse à l'opportunité de créer une structure faîtière transversale pour mettre en place ces recommandations.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_090(.pdf)

 

Haut de page

 

18/06/2004

Avis 89:Vers une meilleure lisibilité des actions des fonds sectoriels en matière de formation professionnelle continue dans l’espace Communauté française-Wallonie-Bruxelles

La formation tout au long de la vie est un axe important de la politique européenne dans le cadre des objectifs fixés au Conseil de Lisbonne en 2000 pour 2010 : le pourcentage de personnes impliquées dans des activités de formation continue doit atteindre 12,5% de la population de 25 à 64 ans en 2010.
Comme la CCFEE et le CESRW dans leurs instances, le CNT insiste, dans une recommandation aux commissions paritaires, sur l’importance du rapportage des efforts sectoriels de formation. En effet, l’accord interprofessionnel pris en 1999-2000 porte l’engagement des interlocuteurs sociaux à consentir des efforts supplémentaires dans le domaine de la formation permanente. La poursuite de ces efforts a été maintenue lors de l’accord 2003-2004.
De son côté, le CEF a rendu en janvier 2004 un Avis (86), "Pour une optimalisation de la collecte et de l'exploitation des données statistiques en matière d'enseignement et de formation en Communauté française et dans les Régions wallonne et bruxelloise". Celui-ci traitait de l’affectation des fonds publics de formation.
De plus, la Chambre de la Formation a fait de l’accès de tous à la formation professionnelle continue une de ses préoccupations essentielles. C’est dans ce contexte que le CEF traite, dans cet Avis,de la nécessité d’une meilleure lisibilité des actions des fonds sectoriels y compris en Communauté française.
Le CEF invite les interlocuteurs sociaux et les autorités publiques à soutenir activement l’effort de mise en cohérence des données statistiques et ainsi de lisibilité des actions de formation engagées à tout niveau.
Il leur recommande le développement concerté de statistiques en relation avec les indicateurs développés aux niveaux national, régional, communautaire et européen. Le CEF propose la concertation d’une politique fédérale d’incitants visant la progressive mise en concordance d’indicateurs et de traitement statistique issus des politiques de l’emploi et des politiques d’éducation et de formation tout au long de la vie.
Il s’agit, tout en respectant strictement la vie privée des usagers, les spécificités des opérateurs et l’autonomie des fonds sectoriels et des pouvoirs politiques, de faciliter l’échange des données statistiques.
Ces recommandations intéressent non seulement au premier plan l’Etat fédéral, la Région de Bruxelles Capitale et la Région wallonne, mais également la Communauté française dans la mesure où existent des conventions cadres entre plusieurs fonds sectoriels et la formation professionnelle continue organisée dans l’enseignement de promotion sociale et des coopérations avec l’enseignement technique et professionnel.
Il s’agit ainsi d’avoir une meilleure vue globale de la situation tant en termes qualitatifs (types d’actions, publics visés…) qu’au plan quantitatif, en évitant par exemple les doubles comptages de travailleurs avec ou sans emploi, dans l’effort de formation des fonds sectoriels et des opérateurs publics régionaux et communautaires de formation professionnelle continue.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_089(.pdf)

 

Haut de page

 

30/04/2004

Avis 88:Validation des acquis non formels et informels dans l’enseignement non obligatoire.

La notion d’éducation et de formation tout au long de la vie est un élément essentiel des politiques d’éducation et de formation dans les pays européens. La validation des acquis non formels et informels est un élément clé de cette problématique.
Cet avis se base sur une analyse du contexte européen, de la situation dans différents pays, des recherches européennes en la matière.
Il aborde ensuite la situation actuelle en Communauté française en relevant les obstacles,législatifs ou autres, au développement d’une politique de validation.
Il propose enfin des recommandations prônant une réelle politique de validation des acquis non formels et informels dans l’enseignement non obligatoire, dans le respect de l’autonomie des institutions et des pouvoirs organisateurs tout en souhaitant l’émergence de pratiques communes.
Le système proposé est basé sur une approche modulaire où des crédits pourraient être accordés sur base des acquis non formels et informels.
Des éléments d’une méthodologie commune et des principes organisationnels, tant au niveau des institutions que de la Communauté française sont proposés.
Ensuite le financement du dispositif est envisagé, dans le cadre d’une implication de ce dernier dans les politiques régionales de la formation et de l’emploi. Le présent Avis vient compléter le paysage de la validation des acquis en Communauté française en proposant, en complément au dispositif de validation des compétences qui se met en place suite à l’accord de coopération du 23 octobre 2002 entre la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française, des dispositions en matière d’enseignement non obligatoire (enseignement de promotion sociale et enseignement supérieur de plein exercice). Un nouvel Avis sera élaboré pour juin 2005. Il tiendra compte de l’évolution des pratiques au regard des décrets « Bologne » et de leurs arrêtés d’application, ainsi que de l’évolution de la problématique au niveau européen.
Le CEF envisage également un suivi de la problématique à plus long terme.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_088(.pdf)

 

Haut de page

 

26/03/2004

Avis 87: Problématique de l’usage des Manuels Scolaire

Depuis quelques années,le manuel scolaire n'est plus considéré comme un outil privilégié au service des enseignants et des apprenants.
Le présent Avis s'est penché sur la problématique de savoir s'il faut favoriser ou non l'utilisation des manuels scolaires.
Pour répondre à cette question et développer une argumentation, il analyse des données statistiques quantitatives dans une première partie. Ensuite il aborde le point de vue pédagogique concernant la problématique du mauvais usage des photocopies, les compétences à développer et enfin, il fait le point sur la culture d'utilisation des manuels scolaires en ce compris les outils multimédias.
A partir de ces constats, il propose dans sa première recommandation de prôner les manuels scolaires et dans la deuxième recommandation d'attribuer un label d’intérêt pédagogique.
Dans les troisième, quatrième et cinquième recommandations il aborde respectivement le recours accru aux manuels de référence, la mise en place d’un financement public et enfin l’apprentissage à l’utilisation des manuels scolaires.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_087(.pdf)

 

Haut de page

 

23/01/2004

Avis 86:Pour une optimalisation de la collecte et de l’exploitation des données statistiques en matière d’enseignement et de formation en Communauté française et dans les Régions wallonne et bruxelloise

Cet Avis a pour objectif de rassembler une série de réflexions générales et utiles destinées  à l’ensemble des acteurs de la Communauté française et des Régions wallonne et bruxelloise en sa composante francophone. En effet, le CEF relève qu’il existe actuellement, en matière d’enseignement et de formation, une multiplicité d’indicateurs statistiques qui par leur nature apportent, pour un même phénomène, des éclairages qui peuvent être très différents. Or l’usage qui est fait de ces données n’est pas toujours approprié aux objectifs poursuivis au moment de leur recueil et ne tient pas toujours compte de la pertinence d’un échantillon donné en relation avec les observations faites.
Il apparaît donc nécessaire de s’assurer que l’usage et l’interprétation d’un indicateur statistique ne soient pas dissociés de la méthodologie utilisée pour le construire. Pour cela, le CEF recommande la constitution d’un inventaire régulièrement actualisé des indicateurs disponibles en matière d’enseignement et de formation, en vue d’identifier les éclairages spécifiques que ceux-ci peuvent apporter et par là même de mettre en évidence les besoins d’informations qui ne sont pas rencontrés.
D’autre part, pour que les Pouvoirs publics et les acteurs de terrain appréhendent bien toute la complexité du paysage du monde de l’enseignement et de la formation professionnelle au sein de l’espace Wallonie-Bruxelles, le CEF recommande que les différents niveaux de pouvoirs collaborent pour assurer la cohérence du recueil des données statistiques de l’enseignement et de la formation professionnelle sur tout ce territoire. Grâce à l’échange de données statistiques standardisées et respectant strictement la vie privée des usagers, il serait possible d’établir un suivi des cohortes auprès des différents opérateurs d’enseignement et de formation tout en sauvegardant leurs spécificités.
Cette coordination permettrait aussi de répondre de manière adéquate et conforme à la réalité aux demandes de plus en plus pressantes de l’Europe et de confronter les critères utilisés aux objectifs politiques qu’ils prétendent servir.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_086(.pdf)

 

Haut de page

 

23/01/2004

Avis 85:E.C.D.L., un exemple de privatisation de la certification en formation professionnelle

L’E.C.D.L. (European Computer Driving License, en français P.C.I.E., Permis de Conduire Informatique Européen) est un système normatif de certification d’initiative privée, qui est organisé sous le contrôle des détenteurs des licences d’utilisation, au départ réservées en Europe aux membres du C.E.P.I.S., fédération d’associations professionnelles dans le domaine de l’informatique.
Ce système normatif de certification d’initiative privée a pu, dans le cadre d’une méthode ouverte de coordination, s’imposer en Europe et être reconnu officiellement par les instances européennes.
Le FOREM a été amené à organiser, afin d’éviter que l’accréditation n’échappe à un organisme public, le système E.C.D.L. en tant qu’opérateur en Belgique francophone, ceci entraînant, entre autre, des transferts de fonds publics vers des organismes privés et un coût se répercutant sur l’utilisateur.
Le CEF. affirme que seule une certification assurée par les pouvoirs publics ainsi qu’un processus de validation des compétences organisé et contrôlé par les opérateurs publics de formation, en collaboration avec les partenaires sociaux, permet d’assurer au citoyen un accès équitable à la certification ou à la validation de ses compétences.
Il invite les pouvoirs publics concernés à faire preuve d’une politique proactive lors de l’émergence de standards européens ou internationaux en matière de certification professionnelle afin de défendre et promouvoir les certifications officielles existantes, de pouvoir assurer le rôle primordial des pouvoirs publics dans l’organisation et le contrôle des processus de certification ou de validation des compétences et de veiller à l’équité de l’accès à la certification ou à la validation des compétences. Le CEF plaide pour qu’une concertation entre organismes publics soit organisée au niveau de la Belgique francophone, au niveau de l’Etat fédéral et au niveau européen avec d’autres pouvoirs publics nationaux.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_085(.pdf)

 

Haut de page

 

09/01/2004

Avis 84: La méthode ouverte de coordination et la politique européenne en matière d’éducation et de formation

La méthode ouverte de coordination, largement utilisée dans la construction de l’Europe, permet de diffuser les meilleures pratiques et d'assurer une plus grande convergence au regard des principaux objectifs de l'Union Européenne. Ses caractéristiques sont à la fois dans les processus et dans les outils utilisés mais sa création et son application laissent, jusqu’à présent, des questions sans réponses telles que la place qu’elle peut occuper, les rôles des différents acteurs ou encore l’évaluation de l'efficacité de sa mise en oeuvre.
Des travaux sont menés actuellement par la méthode ouverte de coordination dans la sphère de l’enseignement: la validation des compétences et acquis formels, informels et non formels, la professionnalisation durable, le eLearning Program en sont quelques exemples. D’autres travaux transforment fondamentalement les systèmes d’éducation et de formation : le processus de
Bologne, le processus de Bruges-Copenhague, ou encore le programme sur les objectifs des systèmes d’éducation et de formation en Europe, devenus aujourd’hui globalement le processus « Education et Formation 2010 ».
Le CEF fait remarquer l’importance de l’application de la méthode ouverte de coordination, au niveau européen, en matière d’éducation et de formation, alors qu’il n’est pas prévu de citer ces champs d’application dans le projet de Constitution européenne qui réaffirme le principe de subsidiarité. Il regrette que la MOC se pratique dès lors en dehors de tout contrôle démocratique alors qu’elle est au coeur de la stratégie européenne dans le cadre des objectifs, fixés en 2000 pour 2010, par le Conseil de Lisbonne.
Le CEF souhaite que cette procédure, par ailleurs fort riche, respecte la transparence nécessaire à la saine prise de décision démocratique, que les partenaires consultés soient clairement identifiables, mandatés et représentatifs, et que la MOC s’applique sans déroger au principe de subsidiarité et aux règles de la concertation sociale. Le CEF met l’accent sur l’importance des indicateurs retenus pour évaluer les progrès réalisés, sur les finalités de l’éducation et de la formation au regard des investissements privés que la Commission européenne veut promouvoir.
Enfin le CEF souhaite qu’une saine MOC, appliquée en Communauté française Wallonie Bruxelles, puisse favoriser une vision commune de l’évolution de l’enseignement et de la formation au niveau européen, sans préjudice des responsabilités des pouvoirs concernés.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_084(.pdf)

 

Haut de page

 

21/11/2003

Avis 83:La formation des formateurs d’enseignants

Dans cet Avis, le CEF réaffirme la nécessité de reconnaître le droit de tous les enseignants de l’enseignement supérieur à avoir accès à une formation continue subventionnée par la  Communauté française et à exercer ce droit.
Dans le cadre de cette future formation continue, le CEF recommande que des formations soient organisées en vue de rencontrer les besoins spécifiques des formateurs d’enseignants. En effet, la formation initiale et continue des enseignants organisée dans les départements pédagogiques des hautes écoles, les établissements de promotion sociale et les universités constitue un vecteur important de transformation de l’ensemble du système éducatif.Les transformations nécessaires, actuelles et futures, dans les programmes, dispositifs, démarches, outils… de la formation initiale d’enseignants passent à l’évidence par l’accroissement des compétences des formateurs qui oeuvrent en formation initiale et continue. En d’autres termes, l’optimisation de la formation
initiale et continue des enseignants nécessite que les formateurs d’enseignants maîtrisent des compétences spécifiques à leur mission en sus des compétences pédagogiques nécessaires pour enseigner dans l’enseignement supérieur.
Le CEF recommande que soient définis des référentiels de compétences du formateur d’enseignants en formation initiale et en formation continue et ensuite des référentiels spécifiques par catégories de formateurs en vue d’éclairer l’ensemble des décideurs de la CF, des divers établissements, mais aussi les responsables locaux de programmes de formation lorsqu’ils prennent des options relatives au recrutement, à l’organisation du travail et à la formation des formateurs d’enseignants. Des axes pour de tels référentiels sont proposés dans cet Avis.
Les compétences communes sont structurées autour de trois rôles essentiels :
- l’enseignant spécialiste d’un domaine,
- le formateur d’adultes (futurs) professionnels,
- l’accompagnateur de la construction de compétences et de l’identité professionnelle.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_083(.pdf)

 

Haut de page

 

06/06/2003

Avis 82:Recommandations sur la politique Européenne en matière d'’Education et de Formation

Le CEF, en lien avec le réseau EUNEC dont il est membre, fait les recommandations suivantes à propos d’une politique d'éducation et de formation européenne.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_082(.pdf)

 

Haut de page

 

28/03/2003

Avis 81 : Education civique et égalité des chances

Cet Avis se présente sous la forme de deux listes de déclarations par lesquelles EUNEC et le CEF recommandent que, au niveau européen comme dans notre communauté, des actions soient posées au sein des systèmes d’éducation pour favoriser l’éducation civique et l’égalité des chances.
L’éducation civique se donne comme but de préparer les jeunes à se comporter en citoyens actifs et responsables. L’école doit être un lieu où les citoyens apprennent à agir en démocrates et acquièrent les compétences requises dans ce but. Cela suppose une culture, une structure d’école qui favorise l’accueil de tous et une expérience de vie dans la diversité.
Le texte sur l’égalité des chances propose qu’une meilleure information comparative sur la situation des groupes les plus désavantagés au point de vue éducatif soit soutenue par la Commission européenne. Il demande que l’on revoie l’approche éducative classique du mérite au profit d’une valorisation du concept de compétence. EUNEC souligne l’importance des programmes scolaires d’intervention précoce, du renforcement des droits à l’enseignement et propose que l’on se serve des acquis des curricula alternatifs pour améliorer les pratiques scolaires habituelles.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_081(.pdf)

 

Haut de page

 

13/12/2002

Avis 80 : Refondation des Humanités professionnelles et techniques

Pour le Conseil de l’Education et de la Formation, la refondation des Humanités professionnelles et techniques doit s’inscrire dans une révision de l’ensemble du système éducatif obligatoire.
En effet, dans l’esprit des recommandations de l’Avis n°78 « Orientation et information sur les études, les formations et les métiers », il s’agit de mettre en oeuvre une école orientante, dès le fondamental et dans l’ensemble du secondaire, qui devrait permettre à tout jeune d’entrer dans l’enseignement qualifiant par choix plutôt que par relégation.
Il est nécessaire, dans cette optique, de rendre beaucoup plus lisible l’offre des formations qualifiantes proposées dans l’enseignement et reconnues par la société et le monde du travail.
Ce document propose six grands chapitres.


1. Le premier chapitre présente le cadre général de fonctionnement du système éducatif dans lequel le CEF souhaite voir se développer l’enseignement de qualification.
2. Le deuxième chapitre décrit la base commune à l’ensemble des filières de l’enseignement secondaire en vue de viser la même approche humaniste avec tous les élèves.
3. Le troisième chapitre met en évidence la nécessité de construire les projets de formation professionnelle à partir des besoins et attentes des jeunes.
4. Les quatrième et cinquième chapitres développent la nécessité de proposer aux jeunes des parcours personnalisés construits en lien avec l'environnement et débouchant sur des certifications progressives et complémentaires.
5. Le sixième chapitre reprend l’ensemble des recommandations du CEF.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_080(.pdf)

 

Haut de page

 

06/09/2002

Avis 79 : La protection de l’enseignement dans le cadre de la libéralisation du commerce des services

Après une analyse principalement de textes émanant de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), et plus particulièrement de l’accord général sur le commerce des services (AGCS), Le Conseil de l’Education et de la Formation exprime ses inquiétudes. Ses conclusions sont reprises ci-après.
1. L’avenir de l’enseignement dépend de l’AGCS et du traité CE. Ces textes internationaux ont été négociés et adoptés de façon trop peu transparente. Le CEF regrette ce grave déficit démocratique dont même les responsables politiques semblent avoir été parfois les victimes.
2. L’interprétation de ces textes apparaît complexe et reste parfois incertaine. Il est probable, sinon certain, que nombre de négociateurs belges et européens qui ont participé à leur élaboration n’ont pas envisagé que l’enseignement pourrait relever du commerce des services. Afin d’éviter des situations préjudiciables quasi irréversibles, la notion de « service fourni dans l’exercice du pouvoir gouvernemental » [AGCS I, 3 : (b) et (c)] mérite clarification dans les délais les plus brefs possibles de sorte que l’enseignement organisé ou subventionné par les pouvoirs publics ne tombe pas dans le champ d’application de l’AGCS.
3. Le CEF recommande aussi que soient prises toutes les mesures susceptibles de protéger l’enseignement de la marchandisation. Dans cet esprit, toutes les ambiguïtés des textes existant doivent faire l’objet le plus rapidement possible des éclaircissements nécessaires qui ne pourront être contestés ultérieurement, tout en veillant à sauvegarder les quelques protections existantes. L’objectif reste toujours de soustraire l’enseignement organisé ou subventionné par les pouvoirs publics du champ d’application de l’AGCS.
4. La plus grande vigilance s’impose pour l’adoption de nouveaux textes, notamment dans le cadre des négociations prévues par l’AGCS. Aucune concession touchant à l’enseignement dans le cadre de la libéralisation des services n’est acceptable. Il doit être donné la plus large publicité aux travaux
préparatoires et aux débats menant à la prise de décision.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_079(.pdf)

 

Haut de page

 

21/06/2002

Avis 78 : Orientation et information sur les études, les formations et les métiers

Le 22 septembre 2000, le Conseil décide de constituer un groupe de travail pour étudier le problème de l’orientation et de l’information relative aux métiers. Ce groupe s’est réuni douze fois, a produit un rapport intermédiaire examiné par le Conseil le 18 mai 2001, a organisé un séminaire (5 novembre 2001) et un colloque (le 1er février 2002).
Le contenu de l’avis est le résultat de ces différentes activités du groupe de travail. Il fut l’objet de débats au cours de deux réunions du CEF.


Sept chapitres composent le texte.


1. Un avant-propos qui précise les raisons pour lesquelles le CEF a ouvert  simultanément deux dossiers, l’un à propos d’une réflexion prospective sur l’enseignement technique et professionnel et l’autre relatif à l’orientation et à l’information sur les études, les formations et les métiers


2. Une introduction qui situe le contexte des travaux du groupe
· L’orientation considérée comme un processus en pratique tout au long de la vie et examinée au travers :
- des conceptions européennes
- de la problématique du « Décret-Missions »
- des démarches menées par les opérateurs de formation professionnelle continue
· L’information envisagée comme une étape du processus d’orientation
· Le travail sur les représentations sociales des études, des diplômes, des formations et des métiers


3. L’orientation et l’information sur les études et les métiers : une question d’aujourd’hui, des enjeux pour demain
· Des enjeux à la fois politiques, économiques, sociaux et personnels
· Un enjeu dans le domaine de l’enseignement et celui de la formation professionnelle des adultes
· Le problème de l’accueil des étrangers
· Les positions européennes


4. La définition des concepts d’orientation et d’information
· L’orientation consiste à permettre à l’individu de se mettre en capacité de prendre conscience de ses caractéristiques personnelles et de les développer en vue du choix de ses études, de ses formations et de ses activités professionnelles, dans toutes les conjonctures de son existence, avec le souci conjoint du devenir collectif solidaire et de l’épanouissement de sa personnalité et de sa responsabilité (Définition de l’UNESCO en 1992 amendée par le CEF en mai 2001)
· Dans le champ du processus d’orientation tout au long de la vie, la définition de l’information dépend du point de vue abordé :
- pour la personne en recherche, l’information est une étape qui doit lui permettre de poser un choix en connaissant l’éventail des possibles et en le confrontant à ses représentations sociales, à ses compétences et à son projet de vie personnel, abordant ainsi la phase d’orientation
- pour le professionnel de l’information, il s’agit de mettre à la disposition de l’usager une information complète et structurée qui lui permette de faire un choix en connaissance de cause, en travaillant ses représentations sociales du monde du travail, des études ou de la formation
- pour le professionnel de l’orientation, l’information est une des étapes du processus qui permet à l’usager de faire un choix, et qui doit être complétée par d’autres étapes dans laquelle il peut accompagner l’usager dans la construction de son projet en l’aidant à faire le point sur lui-même, sur ses compétences, sur ses représentations par rapport aux métiers, études et formations, et à s’approprier l’information pertinente par rapport à son projet de vie et à son projet professionnel


5. Les temps de l’orientation à la fois institutionnels et personnels


6. Les acteurs de l’orientation, à savoir les usagers au centre du processus, les professionnels de l’orientation et ceux qui orientent, sans trop s’en rendre compte, par l’image qu’ils diffusent, par leurs conseils, par leurs pouvoirs


7. Viennent pour terminer les recommandations au nombre de quinze qui s’articulent sur six axes :
· L’orientation tout au long de la vie comme processus
· La personne au centre du processus
· Le professionnel de l’orientation
· L’information une étape du processus d’orientation
· L’orientation dans le cadre du parcours scolaire
· Les besoins en orientation des adultes

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_078(.pdf)

 

Haut de page

 

01/03/2002

Avis 77 : ”Évaluation de la maîtrise des compétences des élèves À propos du Programme International de l’OCDE pour le Suivi des acquis des élèves de 15 ans (PISA 2000)”

L’Avis étant assez bref, ce résumé reproduit ses conclusions.
L’enseignement en Communauté française présente des faiblesses significatives. Il serait vain de le nier et, sans vouloir dramatiser, très regrettable de ne pas vouloir pallier rapidement des carences qui conduisent à des inégalités inacceptables. Il serait aussi stérile de trouver des explications faciles confortant des idées préconçues.
Le CEF a proposé un certain nombre de pistes de réflexion et d’action. Au cours des années écoulées, des mesures ont été prises et la législation s’est parfois améliorée. Désormais, les évaluations externes sont bien acceptées et le pilotage de l’enseignement n’est plus un sujet tabou.
De plus, les socles de compétences et les compétences terminales sont en phase d’intégration et les modes d’évaluation en cours d’élaboration.
Par contre, la réforme de la formation initiale et continuée des maîtres devra être poursuivie en lui octroyant des moyens nouveaux.
Le chemin à parcourir reste important. Il passe, entre autres, par la mise en oeuvre de conditions visant à motiver à nouveau les enseignants. Améliorer l’enseignement pour tous les élèves, surtout pour les plus en difficulté et pour les plus défavorisés : une priorité désormais absolue qui exige au plus vite des améliorations visibles et des moyens budgétaires adéquats.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_077(.pdf)

 

Haut de page

 

01/03/2002

Avis 76 : Apprentissage des langues modernes dans l’enseignement fondamental

Le CEF a examiné, à la demande du M J.-M. Nollet, Ministre de l'Enfance, chargé de l'Enseignement fondamental, la problématique de l’éveil / apprentissage aux langues dans l’enseignement fondamental.
Ce premier Avis définit, sous forme de recommandations générales, les propositions du CEF quant à l’enseignement des langues modernes au niveau fondamental :
Ces propositions s’articulent autour des axes suivants :
- refus d’une politique de sélection
- priorité à la langue d'origine, pour TOUS les enfants
- éveil aux langues
- choix de la langue : garantir l’offre d’enseignement en matière de langues modernes
- compétences des enseignants et recrutement
- continuité et cohérence : développer des référentiels de formation en langues modernes pour la région de Bruxelles-Capitale, les communes à statut spécial et les communes périphériques.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_076(.pdf)

 

Haut de page

 

27/04/2001

Avis 75 : La formation des formateurs d’adultes en formation professionnelle continue

Motivation


L’ouverture d’un dossier relatif aux formateurs d’adultes fut motivée par le constat que, dans le contexte actuel de mutation sociale, le secteur de la formation professionnelle continue (FPC) s’est amplifié et doit faire face à des situations de plus en plus diversifiées. Les besoins en formation d’adultes sont devenus importants, variés et présents dans tous les secteurs de l'activité économique et sociale. Ils concernent autant les mises à niveau dans des techniques de pointe et le recyclage que l'insertion professionnelle et sociale, ainsi que l'alphabétisation.
Le CEF s’est donc interrogé sur les métiers de la formation dans le cadre de la FPC.
Les objectifs du CEF :
· Identifier les différents aspects de la profession du formateur qui a la charge  d’un groupe d’adultes,
· Déterminer les types de métier des différents intervenants dans les processus de formation,
· Emettre, en conséquence des deux premiers objectifs, des recommandations.

La démarche du CEF


Pour cerner, en Wallonie et à Bruxelles, le métier de formateur d’adultes qui a la charge d’un groupe d’apprenants, le CEF, lors une journée de rencontre, a réuni des formateurs des différents opérateurs:
EPS, FOREM, Bruxelles-Formation, IFPME et les ASBL.
Au départ de quatre hypothèses, le CEF s’interrogeait sur :
· les compétences requises,
· la pédagogie exercée et/ou souhaitée,
·  la mise à jour des compétences.
Il fut constaté que les compétences de ces formateurs d’adultes concernent à la fois leur spécialité, leurs capacités pédagogiques, ainsi que leurs aptitudes à motiver et à gérer un groupe d’apprenants.
Le métier se caractérise par la mobilisation de ces capacités dans un contexte de travail très mouvant.
Les informations obtenues ont orienté une enquête dont les objectifs furent d’établir, sur la base des profils de métier du ROME, un inventaire des tâches des intervenants en FPC des divers secteurs, de les confronter à certaines variables (types de population, de formation, d’opérateur, de fonction, …) et
de déterminer les compétences requises pour ces tâches.
L’enquête fut réalisée auprès des gestionnaires et des formateurs de terrain de la formation professionnelle continue (FPC) des différents opérateurs.
Il fut constaté que la FPC exige aujourd’hui une organisation dans laquelle interviennent, aux différents niveaux, des acteurs remplissant des fonctions particulières. Il fut recherché, dans le processus, qui fait quoi, quand et comment ?
Deux rapports intermédiaires concernant d’une part la journée de rencontre et d’autre part l’enquête sont annexés à l’avis.
Les recommandations du CEF
1. Pour une formation des formateurs d’adultes
2. Des démarches d’innovation pensées par tous les intervenants de la FPC
2. Des métiers identifiés
3. L’approche interdisciplinaire du travail en équipe
4. Des moments d’immersion dans les réalités du travail propres à la spécialité
5. Un accompagnement pédagogique et psycho-sociale pour les formateurs d’adultes dès l’embauche
6. Un partenariat entre opérateurs pour le recrutement et la formation des formateurs d’adultes
7. A propos des statuts

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_075(.pdf)

 

Haut de page

 

24/11/2000

Avis 74 : L’accès à la formation, un enjeu des négociations en cours et des politiques d’emploi

Dans la foulée de son Avis de février 1998 relatif aux enjeux de la formation
professionnelle continue, le CEF entend rappeler l’existence de freins à l’accès à la FPC et formule quelques propositions pour y remédier en partant de constats relatifs au contexte politique, à l’évolution de la FPC et à la situation des acteurs de la formation que sont les formateurs et les usagers.
Les propositions et recommandations du CEF s’articulent autour de 4 axes :
- la formation, un outil pour l’emploi et la (re)qualification professionnelle
- l’offre de formation accessible et compréhensible pour tous
- l’accès à la formation favorisé pour tous
- la situation des acteurs de la formation et la formation continue des formateurs

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_074(.pdf)

 

Haut de page

 

22/09/2000

Avis 73 : ”On n’a jamais fini d’apprendre à lire/écrire : Des pistes pour agir” (Prolongement de l’Avis n° 57 du CEF)

Ce document a été conçu dans le prolongement de l’Avis n°57 du CEF
Il se veut, pour répondre à la demande des membres du Conseil, un outil pratique présentant des pistes concrètes destinées aux enseignants dans leur classe.
Le C.E.F. ne veut pas porter atteinte à la liberté pédagogique des réseaux et des enseignants : aussi ne prend-il pas attitude par rapport aux méthodes d’apprentissage initial de la lecture, telles qu’abordées dans le chapitre 2 de l’Avis susmentionné (à partir de la page 47).
Comme le dit l'Avis n°57, "il faut donc bien penser l'apprentissage de la lecture en dehors de la dichotomie traditionnelle "son/sens" mais plutôt conjuguer ces deux facettes".

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_073(.pdf)

 

Haut de page

 

26/05/2000

Avis 72 : Référentiel pour le métier d’enseignant dans l’enseignement fondamental et secondaire en Communauté française de Belgique

En complément à l’Avis n°71 du 31 mars 2000 « Réforme de la formation des
enseignants », le Conseil de l’Education et de la Formation s’est attaché à proposer un référentiel pour le métier d’enseignant. Il s’agit bien, en effet, d’un descriptif professionnel et non d’un référentiel de formation. Un certain nombre de compétences et attitudes devraient être acquises en fin de formation, mais nombre d’entre elles ne peuvent s’acquérir qu’en cours de carrière, au fil de l’expérience.
La première partie, structurée sous forme d’un tableau en neuf divisions horizontales, reprenant les neuf compétences globales définies, et trois colonnes déclinant à côté de chaque compétence globale les compétences spécifiques qu’elle demande d’acquérir et quelques exemples des connaissances de référence à maîtriser pour les activer.
1. Développer une expertise dans les contenus enseignés et dans la méthodologie de leur enseignement et se former au long de sa vie professionnelle
2. Organiser, guider et accompagner (à chacune des étapes) l'apprentissage et le développement personnel de l'apprenant
3. Eduquer en enseignant, viser la formation personnelle de chaque élève, prendre en compte chacune des dimensions de sa personne
4. Gérer les relations interpersonnelles au service de l’apprentissage de manière démocratique
5. Organiser les relations dans l’apprentissage
6. Agir comme membre actif d’une équipe d’enseignants
7. Agir comme partenaire de l’action éducative (auprès de la famille)
8. Agir en professionnel, membre du corps enseignant
9. Agir comme acteur social et culturel.

La deuxième partie décrit une série de dix capacités et attitudes transversales qui sont à mettre en oeuvre et à développer pour que chacune des compétences puisse s’exercer pleinement :
1. prendre des décisions et articuler savoirs et décisions, avoir le courage de prendre position ou de passer à l’action et en assumer la responsabilité, utiliser les savoirs disponibles pour clarifier les enjeux de ce qu’on décide
2. entrer en relation
3. développer une pensée réflexive et faire preuve d’esprit critique
4. avoir envie d'apprendre
5. être capable de s’organiser
6. avoir l’esprit d’équipe
7. avoir le sens des responsabilités
8. faire preuve de créativité et d’esprit d’entreprise
9. être ouvert au changement
10.adopter un langage et une communication adéquats et corrects.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_072(.pdf)

 

Haut de page

 

31/03/2000

Avis 71 : «Réforme de la formation des enseignants»

Les priorités définies par le CEF pour toute réforme de la formation des enseignants sont les suivantes :

(a) définir la profession enseignante et les compétences requises pour exercer cette profession ;

(b) inscrire la formation dans une perspective de développement professionnel tout au long de la carrière ;

(c) dès la formation initiale, former à l’articulation entre pratique et théorie ;

(d) instaurer un accompagnement intensif en début de carrière ;

(e) renforcer la formation continuée de tous les enseignants ;

(f) privilégier la formation de tous les formateurs d’enseignants ;

(g) inscrire toute réforme dans des perspectives d’évolution à moyen et long terme ;

(h) adopter des stratégies de réforme qui suscitent l’engagement dans l’innovation.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_071(.pdf)

 

Haut de page

 

31/03/2000

Avis 70 : Certificat d’Aptitude Pédagogique Approprié à l’Enseignement Supérieur – CAPAES

En prolongement de son Avis n° 63 consacré aux « Compétences pédagogiques des enseignants exerçant dans l’enseignement supérieur » (5 mars 1999), le CEF se prononce sur les principes de l’organisation d’un certificat d’aptitude pédagogique approprié à l’enseignement supérieur (CAPAES).
Cette préoccupation vise à rendre opérationnel, à partir du 1er septembre 2001, le CAPAES ainsi que le prévoit le décret du 9 février 1999 relatif aux fonctions et titres des membres du personnel enseignant des hautes écoles.
Il est proposé que le CAPAES comporte deux volets.
Le volet A est constitué d’un certificat attestant la maîtrise de compétences sur les plans Psychosocio - pédagogique et didactique. Il est organisé de façon modulaire dont certaines composantes ne pourront être acquises que pendant l’exercice du métier dans une haute école.
Lorsque le candidat est déjà titulaire d’une AESS ou d’un CAP, le volet A est limité aux aspects spécifiques à l’enseignement dans les hautes écoles.
Les établissements délivrant actuellement l’AESS ou le CAP sont habilités à organiser le volet A et à délivrer le certificat correspondant (« certificat pédagogique pour l’enseignement dans les hautes écoles »).
Ces établissements doivent organiser l’accompagnement pédagogique de chaque candidat par un « Tuteur » qui est un enseignant confirmé pratiquant dans une haute école dans laquelle le candidat n’exerce pas de fonctions. Afin d’assurer la collaboration entre les opérateurs de formation pour le volet A et les hautes écoles, le « tuteur » est membre de droit du jury délivrant le certificat correspondant à ce volet.
Le volet B a pour objectif de vérifier la capacité du candidat à s’impliquer avec succès dans un type de démarches spécifiques à l’enseignement supérieur et à lui donner le goût de les poursuivre tout au long de sa carrière. Il consiste dans la description par le candidat de son évolution professionnelle. Il doit faire la preuve d’un exercice de compétences dans son domaine d’expertise et dans la pratique d’enseignement. Concrètement, le candidat réalise un portfolio à caractère scientifique et disciplinaire dans lequel il doit faire la preuve d’un exercice de compétences dans son domaine d’expertise et dans la pratique.
Un référentiel de compétences est proposé. Pour le volet A, on décrit aussi succinctement les contenus de la formation psycho-socio-pédagogique et didactique de même que des options stratégiques pour la formation des enseignants.
Le CEF demande que le titre soit décerné sur dossier. La décision finale de certification doit être externe pour permettre une mobilité des enseignants et requiert une habilitation gouvernementale fondée sur un avis remis par une commission composée de représentants de l’administration, des
opérateurs de formation, des organes fédérateurs de représentation et de coordination des pouvoirs organisateurs et des organisations syndicales.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_70(.pdf)

 

Haut de page

 

25/02/2000

Avis 69 : La professionnalisation de l’encadrement des stagiaires en entreprise

La présence de stagiaires au sein du processus de production nécessite leur accompagnement de manière à ce que leur insertion et leur formation soient rendues possibles.
Une analyse des textes réglementaires révèle de nombreux cas de figure ainsi que certaines lacunes organisationnelles et méthodologiques en matière d’organisation des stages.
D’une part, le Conseil de l’Education et de la Formation propose une typologie des stages et de leur encadrement permettant de rencontrer la diversité de situations.
D’autre part, de ses travaux, le CEF dégage trois priorités qu’il assortit de propositions :

  • Développer un cadre cohérent d’organisation des stages.
    • Contrat définissant le statut du stagiaire.
    • Convention tripartite portant sur le volet formation du stage.
    • Distinction de 4 types de stages pouvant être articulés.
  • Mettre le stagiaire au centre des logiques organisationnelles.
    • Clarification des projets professionnels des stagiaires.
    • Utilisation d’un portefeuille de compétences.
  • Professionnaliser l’encadrement des stagiaires en entreprise.
    • Reconnaissance sociale de l’encadrement des stagiaires.
    • Articulation des initiatives dans des parcours de formation.
    • Reconnaissance des acquis des individus et des organisations

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_69(.pdf)

 

Haut de page

 

28/01/2000

Avis 68 : Des multiples formes de relations emploi-formation à la formation en alternance

L’Avis du CEF décrit la situation des relations emploi-formation et y situe la formation en alternance.
De nombreuses initiatives en la matière ont été prises en l’absence d’un cadre général pour lequel plaide le CEF. Ce cadre d’action précisera les modes d’implication des partenaires en garantissant la diversité des modes d’organisation, car la formation en alternance n’est unique ni dans ses formes, ni dans ses finalités.
Le CEF propose une définition de la formation en alternance en 8 composantes :
· deux temps et deux lieux (production et formation),
· articulation de la production et de la formation dans un projet négocié de formation,
· reconnaissance par le service public des compétences acquises,
· alternance mensuelle de temps et de lieux inscrite dans des cycles de minimum 6 mois,
· deux temps minimum pour chacune des fonctions (min 20% formation, min 50% production),
· encadrement qui permet l’interaction pédagogique,
· situation d’apprenant du stagiaire qui lui octroie le temps nécessaire à l’acquisition de compétences et la marge d’erreur relative à la nature de l’opération de formation,
· reconnaissance financière du stagiaire et accès aux droits sociaux.

Des indicateurs sont précisés pour chaque composante ainsi que, pour certaines d’entre elles, des variables qui permettent de rencontrer différentes situations.
Cinq propositions visant à développer la formation en alternance sont émises par le CEF :
1 Définition d’un cadre global de développement de la formation en alternance par la CoCoF, la Communauté française Wallonie-Bruxelles et la Région wallonne
2 Articulation des initiatives existantes à une structure opérationnelle de mise en oeuvre de l’information, de la concertation et du développement de la formation en alternance
3 Plus grande mobilisation des partenaires sociaux dans l’accueil et la formation des jeunes et l’activation du Comité paritaire d’apprentissage supplétif du Conseil national du travail
4 Avancer vers une plus grande articulation entre qualification et classification
5 Cohérence des qualifications acquises par la formation en alternance via le redéploiement de la Commission communautaire des professions et des qualifications.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_68(.pdf)

Télécharger l'Annexe 1 : CEF_Avis_68_Annexe1(.pdf)

Télécharger l'Annexe 2 : CEF_Avis_68_Annexe2(.pdf)

Télécharger l'Annexe 3 : CEF_Avis_68_Annexe3(.pdf)

Télécharger l'Annexe 4 : CEF_Avis_68_Annexe4(.pdf)

 

Haut de page

 

24/09/1999

Avis 67 : Education Scientifique, Education Citoyenne – Réaliser une alphabétisation scientifique et technologique, composante essentielle de l’éducation à la citoyenneté démocratique

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_67(.pdf)

 

Haut de page

 

30/04/1999

Avis 66 : Enseignement fondamental : La concertation entre enseignants dans le cadre de l’école de la réussite

La concertation entre enseignants est essentielle pour faire aboutir l’école de la réussite.
Le CEF plaide pour sa mise en oeuvre dans tous les établissements.
Cependant, la réalité vécue dans les écoles pose certains problèmes de compréhension des buts visés et d’opérationnalisation. Ils ne peuvent échapper à l’attention.
Pour tenter de résoudre progressivement les difficultés que l’on peut observer, le CEF propose aux autorités des recommandations inspirées par les textes décrétaux dans leur articulation et le souci d’une concertation efficace entre enseignants.
Ces recommandations portent sur les aspects suivants :
· la nécessité de communiquer aux enseignants des messages clairs qui les  motivent à se concerter, en explicitant le pourquoi et le comment
· la nécessaire interaction entre les éléments de pilotage et la professionnalisation du système d’enseignement
· un investissement en formation des enseignants
· la formation et l’information des directions garantes du pilotage de la concertation
· l’accent mis sur un fonctionnement partenarial des établissements;
· le développement de la concertation entre titulaires et maîtres de cours spéciaux, de seconde langue, de religion et de morale à promouvoir
· l’organisation temporelle et spatiale de la concertation
· une souplesse à accorder aux écoles dans la mise en oeuvre progressive là où la concertation ne fait pas partie de la culture de l’école

En annexe, un dossier d’instruction de la problématique précise quelques concepts, situe des enjeux et propose des axes plus opérationnels.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_66(.pdf)

 

Haut de page

 

05/03/1999

Avis 65 : Qu’en est-il aujourd’hui de l’égalité des chances entre filles et garçons dans notre système éducatif

L'Avis du Conseil de l'Education et de la Formation s'appuie sur une étude statistique, effectuée à partir des données les plus récentes disponibles pour l'enseignement en Communauté française de Belgique. Cette étude visait à repérer les différences de scolarité entre les filles et les garçons.
Elle a mis en évidence des différences quantitatives en termes de réussite scolaire, d'orientation d'études et de valorisation de trajectoires. Elle a décelé aussi des différences qualitatives selon les matières enseignées et la nature des domaines dans lesquels s'inscrivent –distinctement –les élèves des deux sexes. Dans les matières mathématiques et scientifiques, les filles réussissent, en règle générale, moins bien que les garçons. Les orientations où sont organisées des options groupées (enseignement technique de transition et de qualification, enseignement professionnel) ne sont pas réellement mixtes.
Dans un deuxième temps, une recherche, effectuée dans la littérature, s'attache à dresser un inventaire des causes d'inégalités, en insistant sur leur interdépendance.
Les influences extérieures à l'école mentionnent le rôle de la famille, la différenciation des activités des filles et des garçons et la pression de la société. Les influences internes à l'école comprennent les interactions au sein de la classe –les interactions professeurs/élèves, les interactions élèves/élèves et la question essentielle de la mixité -, les pratiques pédagogiques et les choix professionnels, notamment articulés sur l'anticipation de l'avenir. A titre d'exemple, le cas de l'éducation mathématique et scientifique est développé.
Enfin, le Conseil formule une série de propositions. Certaines actions n'impliquent pas directement le système éducatif. Elles concernent les médias, le monde professionnel et les familles. Si le CEF les évoque, il ne lui appartient pas de les développer. D'autres actions relèvent de ses compétences. Elles concernent directement le système éducatif. Dans cette partie sont abordées des propositions centrées sur la mixité des classes, la mixité du système éducatif, l'orientation des élèves, l'environnement documentaire. La réactivation de la Commission d'Egalisation des Chances entre Filles et Garçons est proposée.
Le CEF conclut en mettant en évidence des prolongements qu'il serait souhaitable d'envisager, dans le cadre d'une recherche ultérieure.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_65(.pdf)

Télécharger les annexes : CEF_Avis_65_Annexes(.pdf)

 

Haut de page

 

05/03/1999

Avis 64 : Les Objectifs de la Formation Professionnelle Continue

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_64(.pdf)

Télécharger l'Annexe 1 : CEF_Avis_64_Annexe1(.pdf)

Télécharger l'Annexe 2 : CEF_Avis_64_Annexe2(.pdf)

Télécharger l'Annexe 3 : CEF_Avis_64_Annexe3(.pdf)

Télécharger l'Annexe 4 : CEF_Avis_64_Annexe4(.pdf)

Télécharger l'Annexe 5 : CEF_Avis_64_Annexe5(.pdf)

Télécharger l'Annexe 6 : CEF_Avis_64_Annexe6(.pdf)

Télécharger l'Annexe 7 : CEF_Avis_64_Annexe7(.pdf)

Télécharger l'Annexe 8 : CEF_Avis_64_Annexe8(.pdf)

 

Haut de page

 

05/03/1999

Avis 63 : Compétences pédagogiques des enseignants exerçant dans l’Enseignement supérieur

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_63(.pdf)

 

Haut de page

 

05/02/1999

Avis 62 : Vers un état des lieux de la Formation professionnelle en Communauté française

Il n’existe pas d’Etat des lieux de la FPC en Communauté Française.
L’objectif poursuivi par cet avis est d’éclairer les responsables politiques sur les principales difficultés (techniques, méthodologiques et conceptuelles) qui existent, maintenant, pour sa réalisation et de proposer des remédiations.
Une mise en cohérence du recueil et du traitement des données favorisera la transparence du système et son pilotage, le débat démocratique le concernant ainsi que la participation aux enquêtes internationales.
Un cadre conceptuel global a été précisé sur base de définitions internationales.
A lui seul, il facilite le débat en distinguant, par exemple, la formation initiale de la formation continue ou de la formation de base.
Les différents opérateurs de formation sont situés à l’intérieur de ce cadre conceptuel articulant ainsi contenus de formation, processus et opérateurs.
Différentes saisies de données sont proposées de manière à établir l’état des lieux de la FPC ainsi que des balises méthodologiques pour leur recueil.
Le CEF souhaite que les mnistres compétents se saisissent de cette occasion pour mettre en chantier la réalisation d’un état des lieux de la formation tant en Région wallonne que bruxelloise

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_62(.pdf)

 

Haut de page

 

05/02/1999

Avis 61 : Propositions pour le redéploiement de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_61(.pdf)

Télécharger l'Annexe 1 : CEF_Avis_61_Annexe1(.pdf)

Télécharger l'Annexe 2 : CEF_Avis_61_Annexe2(.pdf)

Télécharger l'Annexe 3 : CEF_Avis_61_Annexe3(.pdf)

Télécharger l'Annexe 4 : CEF_Avis_61_Annexe4(.pdf)

 

Haut de page

 

05/02/1999

Avis 60 : Propositions pour une réforme de la réglementation relative aux allocations d’études dans l’Enseignement supérieur

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_060(.pdf)

 

Haut de page

 

08/01/1999

Avis 59 : Objectifs particuliers de l’Enseignement de Promotion sociale

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_059(.pdf)

 

Haut de page

 

04/12/1998

Avis 58 : Le respect du code de déontologie relatif à la diffusion d’émissions télévisées comprenant des scènes de violence

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_058(.pdf)

 

Haut de page

 

04/09/1998

Avis 57 : «On n’a jamais fini d’apprendre à lire» Comment favoriser le développement des compétences en lectures, clé(s) de la réussite scolaire et de l’insertion sociale

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_057(.pdf)

 

Haut de page

 

04/09/1998

Avis 56 : L’évaluation des résultats des élèves en mathématiques

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_056(.pdf)

 

Haut de page

 

08/05/1998

Avis 55 : La promotion de la réussite des enfants issus de milieux défavorisés

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_055(.pdf)

 

Haut de page

 

06/03/1998

Avis 54 : L’évaluation des résultats des élèves en sciences

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_054(.pdf)

 

Haut de page

 

06/02/1998

Avis 53 : Les enjeux de la formation professionnelle continuée

Devant la multiplicité des mesures et déclarations politiques visant la formation professionnelle des travailleurs et des demandeurs d’emploi, le CEF tient à apporter les précisions suivantes :
1. La formation ne constitue plus un passeport direct vers l’emploi ; la lutte contre le chômage qui doit rester une priorité politique, doit d’abord s’appuyer sur le développement de l’emploi.
2. L’école reste un fondement de la citoyenneté, même si aujourd’hui le système de formation professionnelle constitue pour bon nombre de personnes peu qualifiées une seconde chance d’acquérir les bases de qualification sociale et professionnelle nécessaires à l’insertion dans une vie active et responsable.
3. La formation professionnelle est un droit individuel fondamental qui doit permettre à chacun, travailleur ou demandeur d’emploi, d’assumer son projet professionnel. Les pressions exercées sur bon nombre de personnes génèrent des effets pervers.
4. Une réflexion doit être entamée pour définir les missions de la formation professionnelle.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_053(.pdf)

 

Haut de page

 

09/01/1998

Avis 52 : Promotion de la réussite dans l’Enseignement supérieur

Préalablement à toute considération, le CEF rappelle son opposition à toute nouvelle limitation à l’accès et à la poursuite d’études supérieures. Leur libre-choix doit être garanti.
La promotion de la réussite sans diminuer le niveau des compétences concerne tout l’enseignement supérieur - et pas seulement l’université - et suppose un ensemble coordonné de mesures car les causes d’échecs sont multiples.
La formation pédagogique des enseignants, tout spécialement au niveau des méthodes d’évaluation, doit être généralisée. Ceci fera l’objet d’un Avis ultérieur qui constituera la seconde partie de celui-ci.
L’évaluation à brève échéance de chaque première année d’études est prévue.
Cette évaluation s’établit au départ d’un rapport réalisé par les enseignants concernés, réunis en collège, qui est ensuite soumis et amendé par une commission interne à l’établissement et comprenant des membres issus de l’ensemble de la communauté de l’institution.
Il est proposé d’instaurer un processus de continuum informatif pendant, au minimum, la première moitié de la première année du Supérieur. Des conseils personnalisés et, quand elles sont nécessaires, des remédiations doivent être fournis aux étudiants.
L’étalement de la première année d’études sur deux ans doit cesser d’être pénalisant pour les étudiants qui décident d’y recourir.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_052(.pdf)

 

Haut de page

 

05/12/1997

Avis 51 : Validation des compétences

Le Conseil de l’Education et de la Formation demande l’harmonisation du système de validation des compétences professionnelles.
L’objectif est d’augmenter la visibilité des compétences acquises, d’améliorer l’efficacité des formations professionnelles et des parcours d’insertion ainsi que de faciliter la valorisation d’investissements en formation. Des effets seront produits par la visibilité des compétences sur le marché de l’emploi.
Le système de validation des compétences professionnelles ne remplacera pas le système de certification de l’enseignement et ne produira pas ses effets de droit. Le CEF propose un redéploiement des missions et de la composition de la Commission Communautaire des Professions et des Qualifications. L’ensemble des initiatives de validation, qui pourrait être coordonné à partir de la CCPQ, nécessiterait la définition de concepts généraux communs à la Communauté française et aux Régions bruxelloise et wallonne ainsi que la création d’une banque de données relatives aux emplois, métiers et aux formations.

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_051(.pdf)

 

Haut de page

 

21/11/1997

Avis 50 : Première année d’études supérieures - Outils informatifs et remédiations, méthodes d’évaluation y compris des enseignements

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_050(.pdf)

 

Haut de page

 

07/11/1997

Avis 49 : La participation étudiante dans l’Enseignement supérieur

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_049(.pdf)

Télécharger l'Annexe 1: CEF_Avis_049_Annexe1(.pdf)

Télécharger l'Annexe 2: CEF_Avis_049_Annexe2(.pdf)

 

Haut de page

 

07/11/1997

Avis 48 : Parcours d’insertion en régions bruxelloise et wallonne

Le parcours d’insertion est un dispositif correspondant à une exigence du FSE qui vise à penser globalement les démarches d’accueil, d’orientation, de conseil, de suivi, de formation, de recherche d’emploi et d’emploi. Cette articulation doit permettre au demandeur d’emploi de s’insérer plus favorablement et aux institutions de travailler selon une cohérence.
Le CEF rappelle que l’objectif du parcours d’insertion doit être l’emploi et qu’il convient de tout faire pour favoriser l’accès des personnes défavorisées à cet emploi et développer leur mobilité professionnelle. Le CEF fait aussi remarquer que les possibles vertus du parcours d’insertion ne seront opérantes que si une politique de l’emploi est effectivement promue par les responsables politiques et économiques. Le CEF souligne que les personnes doivent être les principaux bénéficiaires des démarches entreprises et insiste enfin sur la nécessaire réflexion à entreprendre sur le positionnement et le rôle des différents opérateurs intervenant dans le parcours.

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_048(.pdf)

 

Haut de page

 

03/10/1997

Avis 47 : Apprécier l’état de l’Enseignement par une analyse intégrant les résultats d’enquêtes scientifiques et la réflexion des acteurs

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_047(.pdf)

 

Haut de page

 

05/09/1997

Avis 46 : « La formation des personnels exerçant leur fonction dans l’Enseignement spécial »

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_046(.pdf)

 

Haut de page

 

20/06/1997

Avis 45 : Spécificités de la profession enseignante, spécificités de la formation à cette profession

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_045(.pdf)

 

Haut de page

 

16/05/1997

Avis 44 : Les objectifs de l’Enseignement supérieur et des pistes pour favoriser leur mise en pratique

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_044(.pdf)

 

Haut de page

 

18/04/1997

Avis 43 : Enseignement supérieur – Avis du CEF concernant la date d’inscription dans les H.E.

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_043(.pdf)

 

Haut de page

 

07/02/1997

Avis 42 : Avis relatif au « Projet de décret définissant les missions prioritaires de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre »

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_042(.pdf)

 

Haut de page

 

15/11/1996

Avis 41 : Proposition du CEF pour concrétiser ses recommandations relatives à la transparence de l’évaluation

Ce texte a été rédigé par le Conseil de l'Education et de la Formation pour favoriser des pratiques de transparence dans l'évaluation, pour l'enseignement secondaire.
Beaucoup de dispositions préconisées sont déjà mises en oeuvre dans divers établissements. En dresser l'inventaire ne signifie nullement que le CEF le méconnaisse.
Il ne faut pas lire cet Avis comme une critique de l'école mais comme la description d'un souhaitable sans doute déjà acquis dans certains endroits.

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_041(.pdf)

 

Haut de page

 

20/09/1996

Avis 40 : Proposition de décret favorisant la compatibilité entre les études et l’activité sportive de haut niveau

Demande d’avis de la Ministre-Présidente ONKELINX

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_040(.pdf)

 

Haut de page

 

06/09/1996

Avis 39 : Participation dans les Universités en Communauté française:Inventaire des situations existantes

Inventaire réalisé par le CEF en réponse à la demande du Ministre GRAFE.

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_039(.pdf)

 

Haut de page

 

03/07/1996

Avis 38 : Questionnaire en vue de l’évaluation des modifications intervenues dans la législation relative au C.E.P.

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_038(.pdf)

Télécharger l'Annexe: CEF_Avis_038_Annexe(.pdf)

 

Haut de page

 

21/06/1996

Avis 37 : Subsides sociaux, allocations d’études, droits d’inscription

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_037(.pdf)

 

Haut de page

 

07/06/1996

Avis 36 : La problématique du décrochage, de la remédiation et de la réorientation au cours de la première année d’enseignement supérieur

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_036(.pdf)

 

Haut de page

 

26/04/1996

Avis 35 : Enseignement supérieur Universités et Hautes Ecoles. L’évaluation de la qualité dans l’Enseignement supérieur

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_035(.pdf)

 

Haut de page

 

24/05/1996

Avis 34 : De l’Enseignement secondaire à l’Enseignement supérieur : Orientation – Information

Télécharger l'Avis: CEF_Avis_034(.pdf)

 

Haut de page

 

26/04/1996

Avis 33 : Recommandations du CEF pour faire de la réforme du 1er degré de l’Enseignement secondaire un jalon essentiel sur le chemin de l’École de la réussite

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_033(.pdf)

 

Haut de page

 

01/03/1996

Avis 32 : Les Conseils existants dont le CEF devrait recevoir et utiliser les avis

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_032(.pdf)

 

Haut de page

 

29/03/1996

Avis 31 : Les possibilités d’inscription des étudiants dans les différentes formes d’Enseignement supérieur

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_031(.pdf)

 

Haut de page

 

29/03/1996

Avis 30 : Les passerelles entre les différentes formes d’Enseignement supérieur. Constats et principes

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_030(.pdf)

 

Haut de page

 

01/03/1996

Avis 29bis : Examen des flux d’étudiants de l’Enseignement supérieur entre la Belgique et les autres États de l’Union européenne

Contribution du CEF à la demande du Ministre GRAFE du 21 décembre 1995 d’un avis sur la piste « Accord européen en faveur de l’instauration d’un Fonds de compensation pour la prise en charge des étudiants étrangers et les moyens de favoriser ainsi une plus grande mobilité des étudiants ».

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_029bis(.pdf)

 

Haut de page

 

12/01/1996

Avis 29 : Accès à l’Enseignement supérieur : notamment aux études de médecine.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_029(.pdf)

Télécharger les Annexes : CEF_Avis_029_Annexes(.pdf)

 

Haut de page

 

01/12/1995

Avis 28 : Rapport du CEF après la remise des Conclusions des Assises de l’Enseignement

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_028(.pdf)

 

Haut de page

 

01/12/1995

Avis 27 : Prévention des risques de contestation et procédures permettant une saine régulation des réclamations en matière d’évaluation

Ce texte a été rédigé par le Conseil de l'Education et de la Formation pour encourager tous les établissements scolaires à développer des pratiques de transparence, d'information et de dialogue qui faciliteront les relations harmonieuses entre les écoles, les élèves et les familles.
Beaucoup des dispositions préconisées sont déjà mises en oeuvre dans diverses écoles.
En dresser l'inventaire ne signifie nullement que le CEF le méconnaisse.
Il ne faut pas lire ce document comme une critique de l'école mais comme la description d'un souhaitable, sans doute déjà acquis dans certains endroits.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_027(.pdf)

 

Haut de page

 

01/10/1995

Avis 26 : Formation des enseignants : Orientations générales.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_026(.pdf)

 

Haut de page

 

19/05/1995

Avis 25 : Mémorandum

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_025(.pdf)

 

Haut de page

 

03/03/1995

Avis 24 : Principes résultant des négociations entre la cellule représentative des étudiants, la coordination des étudiants du supérieur du Brabant et les cabinets des Ministres de la Communauté française modifiant le décret de la Communauté française

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_024(.pdf)

 

Haut de page

 

28/10/1994

Avis 23 : Éléments de prévention favorisant un meilleur fonctionnement de l’évaluation

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_023(.pdf)

 

Haut de page

 

28/10/1994

Avis 22 : Structuration des années 9 à 12 de l’obligation scolaire dans l’Enseignement ordinaire

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_022(.pdf)

 

Haut de page

 

28/10/1994

Avis 21 : Décret organisant la concertation pour l’Enseignement secondaire - Demande d’avis du Ministre Lienard

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_021(.pdf)

 

Haut de page

 

16/09/1994

Avis 20 : La discrimination positive, moyen de favoriser la réussite scolaire des enfants issus de milieux défavorisés

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_020(.pdf)

 

Haut de page

 

01/07/1994

Avis 19 : Les cycles et l’évaluation formative comme moyens pédagogiques au service des objectifs de l’enseignement

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_019(.pdf)

 

Haut de page

 

01/07/1994

Avis 18 : Les objectifs particuliers à l’Enseignement secondaire et Comment l’Enseignement secondaire atteindra-t-il ses objectifs ?

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_018(.pdf)

 

Haut de page

 

14/01/1994

Avis 17: Sur les priorités en matière d’économies budgétaires et de réinvestissement dans l’enseignement

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_017(.pdf)

 

Haut de page

 

26/09/1993

Avis 16:Le réaménagement du temps scolaire

Le Conseil de l'Education et de la Formation apporte, sous la forme d'un Avis, sa contribution à la question du réaménagement du temps scolaire.Cet Avis est suivi d'une annexe présentant une synthèse d'un certain nombre de recherches et de rapports qui traitent de la problématique du temps scolaire dont le travail réalisé par la Commission des Rythmes Scolaires.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_016(.pdf)

 

Haut de page

 

28/05/1993

Avis 15:Au Ministre M.Lebrun quant au projet de décret relatif à la Formation Permanente en Agriculture

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_015(.pdf)

 

Haut de page

 

31/03/1993

Avis 14:L’enseignement secondaire rénové

La poursuite des objectifs généraux que le Conseil a définis pour le système de l'enseignement et de la formation implique la mobilisation de moyens. Le terme "moyens" doit être compris dans le sens le plus large : ils ne se limitent pas en effet à des moyens matériels, mais comprennent des dispositifs au nombre desquels figurent les structures de l'enseignement.
Les réflexions du Conseil, relatives notamment à l'échec scolaire, l'ont amené à avancer des modifications à l'architecture générale de l'obligation scolaire. Au moment d'en préciser les contours par des propositions concrètes d'organisation, il conviendrait de nourrir la réflexion présente par les leçons du passé. Et particulièrement du passé proche.
Il y a un peu plus de vingt ans était expérimentée, puis étendue et presque généralisée une réforme de l'enseignement secondaire : l'enseignement secondaire rénové.
A notre connaissance, aucun bilan général de cette opération n'a été réalisé. Toutefois, certaines publications sont disponibles. Elles présentent, tantôt une analyse critique, tantôt les résultats d'enquêtes, tantôt enfin des éléments de représentation de la situation de l'enseignement secondaire avant et après rénovation.
A défaut d'une évaluation scientifique et actuelle de cette réforme, il nous a semblé indispensable d'en apprécier les résultats et les effets, et de les prendre en considération dans la construction de nouvelles propositions de structures. Pour ne pas tomber dans le piège coûteux d'un fonctionnement
par essais et erreurs inadmissible sur les plans intellectuel, économique et social.
Ce document comporte deux parties :
- La première propose une synthèse des éléments d'évaluation de la rénovation de l'enseignement secondaire dont nous disposons.
- La seconde est en quelque sorte la conclusion de ce travail. Elle dresse un inventaire des conditions de réussite d'un changement systémique dans l'enseignement, telles qu'elles peuvent être déduites de l'évaluation.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_014(.pdf)

 

Haut de page

 

26/03/1993

Avis 13 sur le projet de réforme de la formation des enseignants

Le CEF observe en préambule que le projet proposé par le Ministre Lebrun annonce une réforme de la formation des enseignants, il ne concerne cependant que la formation organisée dans les I.E.S.P.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_013(.pdf)

 

Haut de page

 

26/02/1993

Avis 12 : Avis du CEF sur la translation de l’âge de l’obligation scolaire. ”Faut-il modifier la loi du 29 juin 1983 sur l’obligation scolaire ?”

Le 26 janvier 1993, Monsieur le Ministre E. Di Rupo écrivait au Conseil de l'Education et de la Formation pour lui demander un avis, à propos de l'hypothèse de travail d'une translation des âges correspondant à la période de scolarité obligatoire.
La réponse du Conseil est présentée en deux documents :
1. Une note de synthèse très courte, qui reprend dans ses grandes lignes les  motivations de l'Avis, et sa relation.
2. Un rapport détaillé, qui présente l'analyse menée par le Conseil et les conclusions que cet examen conduit à formuler.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_012(.pdf)

 

Haut de page

 

10/02/1993

Avis 11 : Articulation des objectifs et des moyens pour l’enseignement fondamental. De la pédagogie du lézard à la pédagogie du kangourou

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_011 (.pdf)

 

Haut de page

 

04/01/1993

Avis 10 : Mémorandum sur l’Enseignement supérieur dans la Communauté européenne

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_010(.pdf)

 

Haut de page

 

18/12/1992

Avis 09:Approche des liens entre Enseignement, Formation et Emploi

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_009(.pdf)

 

Haut de page

 

30/11/1992

Avis 08:Inventaire des problèmes et pistes de solution

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_008(.pdf)

 

Haut de page

 

01/07/1992

Avis 07:Avant-projet de décret relatif à l’encadrement pédagogique

En réalisant une analyse de l'avant projet de décret relatif à l'encadrement pédagogique dans l'enseignement secondaire ordinaire de plein exercice, le Conseil de l'Education et de la Formation entend apporter un éclairage spécifique aux débats qui seront conduits à ce propos au sein du Conseil de la Communauté française.
A cet effet, sa contribution comporte deux parties. Dans la première sont formulées, en préambule, des remarques générales quant à la démarche qui sous-tend l'avant-projet de décret; la deuxième partie propose un examen analytique du texte.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_007(.pdf)

 

Haut de page

 

01/07/1992

Avis 06: Radioscopie de l’enseignement en CF

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_006(.pdf)

 

Haut de page

 

01/07/1992

Avis 05: Propositions progressives et réalistes pour une autre école

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_005(.pdf)

 

Haut de page

 

13/05/1992

Avis 04 : Avis relatif à la ”Radioscopie de l’Enseignement” et au ”Rapport de l’O.C.D.E.”

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_004(.pdf)

 

Haut de page

 

05/02/1992

Avis 03 : Objectifs particuliers à l’Enseignement fondamental - Objectifs particuliers à l’Enseignement secondaire

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_003(.pdf)

 

Haut de page

 

05/02/1992

Avis 02 : Objectifs généraux du système d’enseignement et de formation

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_002(.pdf)

 

Haut de page

 

01/01/1992

Avis 01 : Présentation du Conseil de l’Éducation et de la Formation

Mis en place le 12 juillet 1990 par les Ministres GRAFE et YLIEFF, le Conseil de l’Education et de la Formation a pour mission générique de promouvoir l’enseignement et la formation.
Les discussions parlementaires, préludes à sa création, insistaient sur la nécessité de mettre en place une structure de rencontre et de collaboration entre ces deux pôles.
Afin de respecter les problèmes spécifiques des milieux de la formation, d’une part, et de l’enseignement d’autre part, le CEF fut doté de trois instances principales: la Chambre de l’Enseignement, la Chambre de la Formation et le Conseil réunissant ces dernières. Le dialogue est néanmoins rendu incontournable, car seul le Conseil est habilité à émettre des Avis.

Télécharger l'Avis : CEF_Avis_001(.pdf)

 

Haut de page